Par La FEMME

a

Un lundi de décembre 2011, au coin du feu. Je lis tranquillement, assise sur un pouf. Mon neveu Maximilien s’amuse avec des cartes. L’enfant n’a que 5 ans, par conséquent sa distraction devrait se résumer à la contemplation de dessins colorés. Je me penche pour ramasser une carte :

a

Giro Echange

« Placez autant de marqueurs de dégâts sur le Pokémon Défenseur qu’il y a d’Energies dans le Cout de Retraite d’Archeomire (après avoir appliqué le Cout de Retraite) ».

a

Intriguée par cet amphigourique charabia, je lui prends en douce une deuxième carte :

a

Haleine Animale, Taillade, Machouille.

« Placez cette carte sur votre Heatran Actif. Heatran NIV.X peut utiliser n’importe quelle attaque, Poke-Power ou Poke-Body de son Niveau Précèdent. »

J’investis l'haleine animale, je la récite à voix basse, puis à voix haute, pour essayer de capter l’essence première, la signification énigmatique de l’injonction du Maître du jeu.

a

J’interroge le petit sur les règles. Visiblement, il est plus concentré à compter le nombre de Super Power Etoiles qu’à juger de la logique de sa babiole. Je questionne ma nièce Clémence, 14 ans, certainement plus au fait des mœurs top cool de récré.

a

La petite me répond le feu aux joues que « ben tu vois, toi, t’es un Dresseur de Pokémon qui doit devenir le meilleur Dresseur de Pokémon de tous les temps, et donc tu peux rendre les attaques du Pokémon encore plus fortes en leur ajoutant des cartes Énergie qui… », que, quoi, dont, ou... Ah d’accord, je comprends mieux maintenant.

a

La logique-illogique Pokémon. La logique des enfants ? Diable, on était comme ça nous ? Ais-je un jour possédé des pouvoirs ensorcelants d’énergie furieuse et d’astres volants ? Allez chère vieille, fouille bien dans ta mémoire, voilà un coup de main pour te faire revenir aux heures folles de la cantine et du rab. Pyramidons un coup pour te donner un indice :

a

« En deux mots,…, tum tum tum tum

« Biberon

Lait ?

Sucer

Tétine ?

Moche

Totoche ?

a

Rappelle-toi ton CM1 dans la cour de l’école Ste Emilie. Ça bataillait sec pour savoir qui d’Anouk ou Chloé avait la plus belle (de totoche, qu’on s’entende) : celle en céramique noire qui brille vachement ou bien la transparente à paillettes dorées ?

a

Et oui, tu n’avais certainement pas l’air plus fine avec ta Totoche qui pendouillait à ton immense col brodé que ton bécasson de neveu à dresser des Pokémons d’énergie solaire sur le Niveau Inferieur.

a

D’ailleurs, l’année d’après, tu étais massée avec tes petits camarades devant la première marche d’escalier pour concourir à un autre super game de la mort. Mince, maman, « ca s’appelle comment déjà le truc en spirale fluo qui descendait les escaliers tout seul quand on était petits ? Ben ca s’appelle le truc en spirale fluo qui descend les escaliers tout seul, nan ? ». Pour ta gouverne lecteur (après 30 minutes de recherche collective sur le net), ça s’appelait le RESSORT MAGIQUE !!

a

Allez encore une petite devinette souvenir de jeu mega lol, juste pour le fun…

Mon premier sert de récipient pour mettre des fleurs, mon second est un homme pauvre et miséreux. Ca y est, tu l’as ? PotGueux. Au passage, lu sur le net : « Ce qui était terrible avec les PotGueux, c’est qu’il y avait d’énormes différences sociales entre les modèles, et une sorte d’échelle de valeur qui en découlait. Un vrai PotGueux sorti d’un sachet acheté chez le marchand de journaux avait beaucoup plus de valeur qu’un PotGueux trouvé dans les céréales ou à Mcdo. »

a

Waouh, dis donc, il y avait les Pogs des riches, les Pogs des pauvres, Kini le super chef des Pogs, et la nouvelle révolution sociale démocratique en route pour écraser tout ce joli monde… Pogs volants* compris svp.

* Pog avec une encoche latérale qui lui permet de voler. Se trouve uniquement dans les paquets de BN fraise.

a

Il reste que je ne comprends toujours pas qui peut conceptualiser des jeux de récré aussi tordus. En tout cas ce qui est sur, c’est que « Poker » ou « Poguer » sont devenus des verbes [presque] français.

a