Propos recueillis par Anna Rios-Bordes

Pourquoi Saschienne? C'est francophone niveau jeu de mot, right?

Saschienne: La vraie question, c’est en fait : pourquoi PAS Saschienne ?! Le nom relevait pour nous de l’évidence. D’abord parce que c’est à notre ami Superpitcher que nous devons la paternité du nom, qu’il nous a toujours appelés Saschienne, bien avant même que le projet musical ne voie le jour et qu’il a par la suite joué un très grand rôle en réalisant avec nous le mixage intégral de notre album. Superpitcher faisait partie des militants pro-Saschienne depuis la première heure, auxquels se sont ajoutés bien d’autres, français ou non. Ensuite parce que Saschienne ce n’est finalement que la fusion innocente de nos deux prénoms. Une fusion qui résume aussi plutôt bien l’atmosphère de l’album, jusqu’à la cover si bien mise en scène par notre talentueux ami Marco Dos Santos, lui-même français et fervent militant du nom "Saschienne". Ce nom parait évident et interpelle à la fois, c’est sûrement ce qui nous plaît là-dedans. En français le nom parait provocant seulement si on veut manquer d’imagination et s’en tenir aux définitions préétablies. Et allez, détendons-nous, un peu d’humour et d’autodérision, ça fait pas de mal, non ?

Comment composez-vous? Qui lance l'idée? Qui surenchérit?

Saschienne: C’est très aléatoire. Les rôles ne sont jamais attribués d’avance. Pour l’album "Unknown", tout s’est fait de manière très spontanée.

Sascha : En principe, Julienne commence toujours par une première idée, une mélodie, une ligne de basse. Et ensuite les choses se passent comme un dialogue entre nous deux, l’un joue puis l’autre. Et au moment de passer de la composition aux arrangements et à la production, tout se passe de manière très homogène aussi.

Julienne : Sascha reste le maître aux percussions, moi pour les synthétiseurs. Mais les choses évoluent sans cesse, Sascha m’apprend beaucoup et aucun de nous ne se cantonne à ses acquis.

"Techno romantique" (cf Tsugi), ça vous convient pour définir votre son?

Saschienne: Malheureusement il est difficile en tant que couple s’associant autour d’un projet musical d’échapper à cette définition. D’autant plus que l’album est directement lié à nous, il correspond à une phase de notre histoire où la musique est devenue pour nous un moyen de communiquer, au-delà de nos langues maternelles qui ne sont pas les mêmes. "Techno romantique" ne nous correspond en réalité pas vraiment, ce que nos prochaines productions arriveront à démontrer, on l’espère (!!!). Mais on ne peut pas s’opposer à ce que les gens voient en notre musique … Et le fait d’être un couple à la ville nous condamne forcément à cette définition. Le couple est bien sûr indissociable de notre image mais lorsqu’on fait de la musique, on devient simplement deux partenaires qui travaillent en commun sur un projet, c’est tout. Donc le défi pour nous est de ne jamais rester dans cette catégorie... ni aucune autre si possible.

Si vous ne deviez choisir qu'un morceau de votre album?

Saschienne: Probablement "Unknown", le premier single de l’album. C’est celui qui résume le mieux l’aventure, avec ses forces et ses faiblesses.

En quoi votre musique est-elle liée à la culture berlinoise?

Sascha : Pour la naissance de l’album, la Bourgogne était plus importante que Berlin ! Nous avons réalisé la plupart des titres dans une maison au milieu de la campagne bourguignonne. Bien sûr, on a finalisé l’album à Berlin mais je pense que notre musique n’est pas caractéristique de l’ambiance berlinoise. Ce n’était pas le but non plus !!! Nous sommes heureux de vivre à Berlin et on profite beaucoup des avantages de la ville mais ce qu’on fait n’est pas forcément toujours lié à Berlin !

Julienne : Je confirme, pour nous Berlin est simplement notre lieu de vie. Mais le "son" de Berlin est aujourd’hui tellement pluriel qu’il est difficile de dire que notre musique y est liée. Le seul lien, c’est la chance qu’offre Berlin d’avoir une mode de vie qui permette de survivre dans la ville en tant qu’artiste du fait du coût moindre de la vie par rapport à d’autres capitales. Ca changera sûrement dans les années à venir alors profitons-en tant qu’il est encore temps...

Quels sont les deux artistes avec qui vous rêveriez de faire un set?

Saschienne: Nos amis les Pachanga Boys bien sûr ! Superpitcher et Rebolledo, nos amis et artistes préférés.

Julienne, quand tu n'es pas derrière ton synthé, tu fais quoi? Et toi Sascha?

Julienne : Euh... J’aimerais pouvoir vanter mes talents de cuisinière mais c’est plutôt Sascha le chef aux fourneaux ! Je suis quelqu’un de très anxieux donc quand je ne fais pas de musique, je passe mon temps à angoisser et culpabiliser de ne pas travailler. Donc finalement mieux vaut pour moi rester derrière mon synthé .

Sascha : Je regarde le foot !! Ma plus grande passion après la musique, ha ! Je suis content que Julienne participe à cette passion, elle aime le foot aussi, comme tous les Stéphanois ! J’espère que l’équipe de France et l’Allemagne resteront jusqu’à la finale de l’Euro. Comme ça, quelque soit le résultat je ne serai pas déçu .

C'est où et quand votre prochain concert?

Saschienne: Samedi nous jouons à Hambourg. Ensuite nous serons à Calvi on the Rocks, puis les Pays-Bas, l’Allemagne, etc. Et rendez-vous au Rex le 9 Août.

La musique, c'est une comparse agréable ? Capricieuse?

Saschienne: Les deux extrêmes nous accompagnent. C’est pour ca que le fait de faire de la musique à deux est une grande force. On affronte beaucoup mieux les moments de frustration ou de doute. Et on peut apprécier les moments positifs d’autant plus.

C'est quoi LE COOL pour vous?

Saschienne: Manger des artichauts en Allemagne. C’est pas évident d’en trouver ici donc quand on y parvient, c’est le summum du Cool.

Un endroit, un moment de la journée?

Saschienne: Sur notre balcon, en ce moment-même où le soleil berlinois daigne nous honorer de sa rare présence ...