Par Anna Rios-Bordes

Chez Pascal Bonitzer, la mélancolie s'accompagne d'un sourire. Son sixième film, au prétexte simple - pour sauver une jeune immigrée, un cinquantenaire demande une faveur à son père - démêle les oppressants sujets de la filiation, l'infidélité et le manque de courage.

Le scénario, plus labyrinthique qu'il n'y paraît, s'amuse de la non-entente entre un fils et son père. Au moyen de clins d'œil, références littéraires et détours par la culture asiatique, le spectateur découvre la vie lassante de Damien (Jean Pierre-Bacri), professeur de civilisation chinoise, père de famille bourgeois. Après avoir promis à sa femme Iva (Kristin Scott Thomas) qu'il parlerait à son père (Claude Rich) du cas de Zorica (Isabelle Carré), immigrée serbe, Damien découvre que son aïeul a une vie sexuelle bien agitée... Et que sa femme, aussi, prend quelques libertés.

Jean-Pierre Bacri, absolument truculent, donne du relief à son personnage. Tendre, bougon, il n'est jamais dans la surenchère. Son désespoir prend la forme d'un haussement de sourcil. Claude Rich, notable indigne, affiche une autodérision gourmande. Il évince presque le charme de Kristin Scott Thomas, insupportable compagne coup de vent. La scène du restaurant où Rich minaude devant un serveur japonais est un pur régal. Jackie Berroyer, acteur fétiche de Bonitzer, interprète l'ami qui pète les plombs.

Comédie intellectuelle (allenienne), Cherchez Hortense évite la lourdeur du film parisien gauchisant grâce à une écriture surprenante ("Mais laisse-le dire chatte s'il en a envie", Iva à Damien en parlant de leur fils ; "Tu vois cette image d'un métro bondé où lorsqu'on rajoute quelqu'un, quelqu'un d'autre est expulsé, et bien ces deux-là, c'est nous", Damien à son père…).

La confusion des sentiments dépasse le cas de Damien. La mélancolie de Bonitzer se teinte progressivement d'idéalisme. Damien se décide finalement à trouver Hortense (haut responsable capable d'amnistier) et déclare à l'adorable Zorica : "Cet enfant, moi je voudrais vous le faire".

Dans Cherchez Hortense, tous les héros impuissants se reconnaîtront.