Par Gaëtan Minet

Attention ! Il ne vous reste que peu de jours pour vous targuer de connaitre LE groupe qui va exploser, LE groupe qui va écraser les charts américains et vous accompagner dans votre achat de Weetabix (exemple non exclusif) au supermarché.

Si ce premier album des écossais de Django Django est déjà sorti en Europe, il y a de nombreux mois, il n’a pourtant pas encore touché le continent américain qui doit attendre la sortie officielle du 25 septembre pour retrouver goût à son achat de Weetabix. (En vérité cet achat est déjà un plaisir en soi donc la valeur ajoutée de Django Django est discutable - mais là n’est pas vraiment la question).

Ne nous égarons pas, quiconque voit un de ses sourcils se dresser à la vue d’un croisement entre une indie pop mâtinée de surf music aux relents de Beach Boys (a les mêmes goûts que la ménagère moyenne et) serait inspiré de jeter une oreille attentive à ce recueil de tubes sans perdre de temps.

On aura certes des scrupules à partager cette découverte avec le grand public mais voilà un plaisir coupable vite oublié tant il constitue un bol d’air frais truffé de mélodies inventives, de touches électroniques entraînantes - les Talking Heads ne sont pas loin - et une occasion inattendue de passer pour quelqu’un de civilisé en société…

Un rudement bon album, a fortiori pour de la musique de supermarché, et une des belles surprises de 2012 !