Par Gaëtan Minet
Artiste : The Pop Singles Album : All Gone Label : Vacant Valley
L’Australie avance magistralement ses pions sur le grand échiquier du classement de fin d’année. Après le bouleversant album de Nikko armé de son rock psyché qui suinte l’americana, et celui de Be’lakor qui ne peut laisser indifférents les amateurs de death metal mélodique (si si on peut parler de death metal, masquez- moi donc cette moue effarouchée), voilà The Pop Singles !
Avec toute la perspicacité qui équipe le lecteur assidu, vous avez déjà deviné qu’on perd ici en noirceur, car de pop il est effectivement question.
Dès les premières notes de Hold Your Light et cette guitare faussement enjouée qui vient pacquer une mélodie inquiète, l'atavisme des Pop Singles est d'une évidence presque embarrassante : la droite lignée de leur ascendance vient s'échouer sur les cendres encodes tièdes des regrettés Go-Betweens.
Mais l’insolence ne vient pas tant de la criante ressemblance avec leurs aînés, que de la déconcertante facilité avec laquelle ce premier album fait défiler des tubes pop vintage (soyons fous) sans prétendre rien révolutionner : une guitare, une basse, une batterie , avec une jeune fille délicieuse derrière. La touche vintage est transmise par une production poussiéreuse qui téléporte brusquement vingt ans en arrière, laissant le regard absent et figé dans un bonheur empreint de mélancolie…  et cela en seulement trente efficaces minutes.
L’album est en écoute intégrale sur leur bandcamp (sans lequel on se demande comment la vie vaudrait la peine d’être vécue), ce qui rend caduque toute velléité pour ignorer ce méconnu petit bijou.