Par Cora Li, Coco et Sa-de

Nous constatons, en ce début d'année 2013, un gros problème de cinéphilie sur le net.

Django Unchained en a fait les frais. Voici, livrée toute chaude, notre typologie de "Ceux qui n'ont pas aimé Django" :

Pour des questions évidentes de respect de la vie privée de chacun, nous avons choisi de garder les vrais noms et pseudos. De même, nous n’avons pas corrigé la syntaxe, la grammaire et l’orthographe des commentaires pour respecter le droit d’auteur.

Ceux qui n'ont pas lu la fiche Wikipedia de Tarantino

"Eloge de la cruauté, du sang, de la violence ! J'ai eu plusieurs fois envie de vomir durant le film" (Bongour).

"Une vraie boucherie!! Rien à voir avec les autres tarentino" (Vivaldia).

Ceux qui se soucient de la santé de Quentin

"Je pense que Quentin devrait voir un psy qu'il paye, car pour l'heure nous sommes ses psys et c'est nous qui payons" (Bongour)

"En PS, à noter, une petite scène de 3mn avec Mr Tarantino en tant qu'acteur. Putain qu'il a grossi, c'est grave. Pour moi c'est pas anodin" (Marc P)

Ceux qui s'en soucient guère

"Tarantino profite de son aura de soi-disant cinéaste génial. Pas sur qu'il en reste quelque choses dans 20 ans". (Pierre. B.)

Les stasticiciens

"99% des acteurs meurent" (Bongour)

"A l'heure ou j'ecris ce commentaire, 51% des critiques sur ce films sont notés 5 étoiles" (Carville)

Ceux à qui on a supprimé l'abonnement Télérama

"Si entendre la musique de Bacalov sur le générique de Tarantino fut un vrai plaisir. Ce choix n’est pourtant pas des plus judicieux, car cette chanson est indissociable (pour qui l’a vu) de la version de Corbucci. Les images de Tarantino n’arrivent pas à prendre le pas sur celles de l’original, car s’il y a bien un truc de marquant dans le film de Corbucci c’est bien son entrée en matière. Une entrée en matière qui reste bien plus marquante que celle d’un Django avançant fers aux pieds. Evidement ce morceau tout comme le film de Corbucci ne sont pas vraiment populaire. Et donc pour qui est vierge de ce morceau, lors de son écoute aucune image ne lui viendra en tête, hélas ce ne fut pas mon cas. Mettre ce morceau en générique est pour moi comme si Tarantino avait prit le titre phare de Morricone du bon, la brute, le truand, ou celui d’Elmer Bernstein des 7 mercenaires, pour ouvrir son film. Un truc impossible à faire et que personne n’oserait faire, mais Tarantino l’a fait". (Landofshit)

Ceux qui sont à bout

"J'ai essayé de tenir, j'ai essayé d'analyser, j'ai essayé de m'y faire à cet humour, j'ai tout essayé " (Omsounage).

"Que c'est looooonnnnnnnnnnngggggggggg" (Laure P)

Ceux qui disent pantalonnade

"Si je pose une étoile c'est uniquement pour les acteurs qui sont formidables et ils ont du mérite d'assurer cette pantalonnade grotesque et surfaite" (Erik G.)

Les gentilles qui disent blablabla

"En gros pour être gentille, un petit 5/10 parce que c'est un Tarantino et blablabla" (Lily F)

Ceux qui chient des épithètes

"Ai trouvé le film, pas bon, pas drôle. Grotesque, cabotin et paresseux. Le cinéma de Quentin Tarantino, c'est comme exposer des artistes surcotés et opportunistes d'art contemporain au château de Versailles (...). Le cinéma de genre américain (ou ici italien) de la fin des années 60, des années 70 et même 80 avait quelque chose de... POPULAIRE, fauché, risqué, vital, fragile, brutal, violent (pas cool, sec), sincère et quelque part "noble"... mais à l'époque méprisé, ignoré, d'une certaine "inteligencia", des critiques, des producteurs" (LouisGomis).

Les mélomanes de droite

"La musique est pas vraiment de piètre qualité (moi aussi je peux prend une voix de casserole et chanter : SON NOOMMM EST SCHUUULTZ lalalii". Et puis franchement quoi ... foutre du 2pac ou kanye west dans un western !!" (Charles Vignon)

Ceux qui n'ont pas bossé leur critique 

"J'ajoute à l'instar d'une autre critique lue les incohérences à plusieurs reprises du montage. Cela doit surement être fait exprès" (Erik G).

Les couilles molles

"Je ne vais pas dire que le film est nul en lui même, mais je n'ai pas du tout aimé" ! (Vincent F)

Ceux qui ont fait l'atelier Pierre Palmade

"Faiblesse du scénario, manichéisme à tous les étages, manque de relief et de profondeur des personnages... même si les acteurs sont tous excellents" (David M)

Ceux qui osent

"Mais j'ose une question, le même film non estampillé Tarantino, aurait-il eu les mêmes avis positifs ? Serait-il simplement politiquement correct d'aimer Tanrantino ?" (Alex Green)

"Jamie Foxx, très bon acteur, mais desservit par un rôle à la Iron Man" (Lily F.)

Ceux qui ont compris qu'ils n'avaient pas compris

"Le thème sur l'esclavage est interessant mais je n'aime pas cette façon de filmer, de tuer, d'éclabousser l'écran de sang, ce manque de crédilité. Mais comme les critiques semblent excellentes, je crains de n'avoir rien compris".(B.Alias)

Ceux qui ont raté leur coming out SM :

"C'est évident que j'ai passé un bon moment. Pourquoi? Tarantino use, titille nos pulsions les plus basses. Jouir devant un spectacle violent, le même plaisir que prend Dicaprio à voir deux hommes s'entre-déchirer" (Marc Panofsky)

Ceux qui ont lu Cicéron aux chiottes

"On se croirait plus aux jeux du cirque sous l'empire romain qui divertissaient des troupes d'abrutis, que ne se préoccupait de les élevaient intellectuellement" (Olivier K)

Et... notre palme de la catastrophe

"Jamie Foxx parle toujours tout bas , qu'on est obligé de bien écouter attentivement ce qu'il dit et on voit qu'il n'est pas à fond dans son personnage (non mais sérieusement , un moment il est genre grosse victime en esclave et la minute d'après il se la pète déguisé en bad boy bleu , tout rasé ?). Mais la palme de la catastrophe revient bien sur à Samuel L. Jackson qui se ridiculise plus qu'autre chose en domestique nègre. Tellement que l'on en viendrait à se demander si le film n'est pas un minimum raciste".