Par Gaëtan Minet

Le prochain passage du groupe en concert ce vendredi 12 avril à Paris (Mécanique Ondulatoire) est l’occasion de revenir sur Sundowning, un album insuffisamment médiatisé à sa sortie l’année dernière.

OTR_NuSensae_Sundowning

Indice trompeur, le barbu de la pochette ne laisse pas présager la déflagration vocale d’hormones féminines assénées par ce trio de Vancouver… La rage et la furie ne quittent que rarement ces quatorze titres habités par une urgence punk sous un déluge de dissonances noise de bon aloi. La mélodie n’est toutefois pas sacrifiée sur l’autel de l’hystérie et c’est sans déplaisir que l’on se hasardera à un rapprochement au Sonic Youth des années pré 2000.

Clin d’œil volontaire ou pas, la gémellité du timbre de voix de la chanteuse (Andrea Lukic) avec celui de Courtney Love (Hole) sur quelques titres ne manque pas de surprendre (plus qu’elle n’énerve, heureusement…) mais ne ternit en rien la très bonne tenue d’un album qui ne lasse toujours pas plusieurs mois après sa sortie !

Si en plus on vous dit que Nü Sensae a partagé un split en 2011 avec leurs excellentissimes compatriotes de White Lung (lesquels nous ont faussé compagnie en octobre dernier pour leur date parisienne à cause d’une panne de tour van… moche), vous savez ce qu’il vous reste à faire ce vendredi !
Suicide Squeeze Records