Louis CK, maître du rire américain encore méconnu en France, vient de finir la saison 3 de sa série autobiographique blasée.

louie ck

Calqué sur le modèle du glorieux Seinfeld (monté avec des extraits de one man shows), Louie suit le quotidien d'un père célibataire, humoriste quarantenaire désillusionné.

Dans la grisaille d'un Lower East Side sans surprise, Louis déroule son quotidien en traînant ses savates du côté de la vie scolaire, la pizzeria, ou l'ice-cream store.

Il ne croit plus en l'amour, ou alors par soubresauts maladroits. Ses "amis", pauvres hères cabossés, expriment trivialement leur misère : une "date" négocie un cunnilingus dans son camion, un vieux "buddy" vient annoncer son suicide et gratter quelques clopes.

L'humour de Louis CK circule, entre prosaïsme et poésie, tendresse et cynisme. A l'américaine, il s'intéresse aux petits dysfonctionnements du quotidien avec en toile de fond le politique et le social.

Le plus : Parker Posey en transe sur les toits de NY