Par Tatiana Kowalski

Tu as déjà entendu parler de l'eye licking ? Si tu es adepte des termes savants et poussiéreux, sache qu'on appelle cet énième phénomène japonais "l'oculolinctus." Cette pratique consiste à lécher le globe oculaire de son partenaire.

Un beau matin, au pays du soleil levant, une terrible épidémie de conjonctivite aiguë frappe les jeunes nippons. Dans les cours de récréation, on suce goulûment la cornée de son amoureux ou de son amoureuse. Trop précoce tu dis ? C'est toi l'vieux ring' avec ton Tamagotchi et ton jeu de la bouteille.

A l'origine de cette nouvelle mode érotique : le nouveau tube du groupe de rock hardcore Born qui fait un carton là-bas. Un mec est enchaîné à une chaise, une japonaise-pas-terrible fait mine de lui donner des petits coups de scalpel, elle l'excite en lui ouvrant l'oeil et en fourrant sa langue dedans.

T'es épaté ? J't'imagine déjà essayer derrière ton ordinateur de t'auto-licker le globe. Je sais que tu es prêt à tout mais fais gaffe à pas t'refiler ton herpès à l'oeil. Tu sais, celui que tu traînes depuis l'été dernier, depuis le farniente de la plage de Berck-sur-Mer. Pourquoi tu t'intéresses pas à des choses plus coolcore qu'on peut faire soi-même : lobes à astiquer, bulbes rachidiens à dévorer, coude à branler contre la voute plantaire, … T'aurais l'air con avec un cache-oeil !

J'espère que t'es pas trop déçu de ne pas avoir conceptualiser l'eye licking. Tu testes des tas de trucs dans ton petit studio mal éclairé. Toutefois, il faut te rendre à l'évidence : faire un stage au service communication de Marc Dorcel pendant 6 semaines, même en ayant fait sensation à ton pot de départ en montrant qu'on peut s'auto-sucer, ne suffit pas à devenir expert en pratiques sexuelles insolites.

Ne sois pas si naïf, ne sombre pas dans l'admiration, reste alerte et je t'enseignerai la patience. Sache qu'à l'heure où tu fuyais l'objet de ton désir après un premier baiser pudique, ces cramés de japonais jouissaient déjà sur des orteils mycosés qu'ils se faisaient tourner.

Médite cet adage d'un vieux maître samouraï dont le nom m'échappe : "A s'encanailler avec des chiens on a des puces."