Par Gaëtan Minet

Artiste : Marylin Rambo

Album : Izizolaop

Coprod : Tenia solium / Et mon cul c'est du tofu / Tomaturj / Coulisse / Lady Barclay / No way / La sourd records / Assosysong / Gurdulu / Lalo / Sam / Hugues

cover(1)

S’il y a une chose dont ne manque pas la scène musicale française, c’est de groupes rock instrumentaux de qualité… entre Pneu, Papaye, Goodbye Diana, Marvin (premier album, pas l’indigeste Barry) et Marylin Rambo pour citer les principaux, il y a de quoi saper la vocation de l’adolescent qui se voyait déjà nous faire grincer les oreilles de son délicieux accent français plein de fougue.

Sans avoir l’air d’y toucher avec son sens aigu du ridicule et de concurrent au titre le plus débile (toi aussi vérifie ton quotient humoristique : prononce le nom de l’album à l’envers… tu souris ? test validé), Marylin Rambo occupe l’aile dure de cet échiquier, laissant aux Papaye et Marvin toute latitude côté happy noise.

Et donc l’aile dure ? Ça veut dire que pourvus d’une batterie et d’une guitare (bien vu, c’est un duo), nos deux agités occupent l’espace sonore sans qu’on puisse regretter l’absence d’une basse. Ca va vite, c’est précis (tricotage de guitare particulièrement impressionnant en concert) et ça ne tourne pas autour du pot - un seul titre dépasse les trois minutes.

marylin

Ces quelques ingrédients seraient bien insipides si on ne les faisait pas revenir dans une qualité de composition qui flirte avec le génie. En particulier sortir un troisième album qui ressemble beaucoup au deuxième, lequel ressemblait étrangement au premier…

Alors qu’on déplorerait un manque de renouvellement chez les autres, on accueille béatement cette nouvelle offrande et on en redemande. Vite.

Les trois albums sont en téléchargement libre sur leur Bandcamp

Extrait de l'album Baleine à nourrir (2011) :