Les photographies de Polina Washington rappellent l'ambiance divinement glauque d'Antichrist, réalisé par Lars von Trier. L'artiste d'origine russe, brosse le portrait d'une Lilith fougueuse, dont l'instinct démoniaque captive sous couvert d'une sensualité énigmatique.

Nous faisant rentrer dans l'intimité d'un sabbat spectral, Polina Washington saisit l'instant dans l'ensemble de ses dimensions spatiales, parfois insoupçonnées. Les couleurs chatoyantes d'une forêt perdue au milieu du monde, se confondent entre ciel colérique, parterres feuillus et racines d'arbres ruisselantes de vieux mystères.

Polina superpose ses expositions comme pour recréer le climat originel des premiers jours. Celui d'une nature toute puissante, église de Satan, arpentée par ses femmes de main, sublimes succubes hantant le réel pour happer les âmes. Grace aux anciennes techniques, Polina "ésotérise" ses silhouettes anonymes. L'une s'adresse aux vents, l'autre déchiffre dans les eaux des présages de mauvais augure, quand une troisième se repose suavement dans le lit d'un cours d'eau.

Crédits photographiques : Polina Washington
Capture d’écran 2013-10-19 à 13.16.51Capture d’écran 2013-10-19 à 13.18.52Capture d’écran 2013-10-19 à 13.19.23Capture d’écran 2013-10-19 à 13.19.37Capture d’écran 2013-10-19 à 13.19.47Capture d’écran 2013-10-19 à 13.20.01Capture d’écran 2013-10-19 à 13.20.35Capture d’écran 2013-10-19 à 13.20.45Capture d’écran 2013-10-19 à 13.21.22Capture d’écran 2013-10-19 à 13.21.32