Par Thibault Noyer

Sortie de l’album « Secret Songs: Reflections from the Ear Mirror »

Entre deux pluies de marrons, les engelures faciales et la nuit à 15h, j’ai déniché plusieurs remèdes contre le vilain down que nous impose cette morne saison si propice à l’alcoolisme !!

L’album de calypso de Robert Mitchum en est un, assurément. Tout comme la mouillette de chamallows dans du russe blanc…Mais ce sont les bienfaits de Nobunny qui ont toute notre attention aujourd’hui. Les écouter ne vous empêchera pas de picoler (oooh non !) mais donnera une très bonne raison à vos petits pieds aux chaussettes trouées de sautiller frénétiquement, à vos fringues de s’éparpiller et à vos bouches de déblatérer « gabba gabba hey » !!

 

Car oui Nobunny, c’est du punk en plein. Avec l’élégance et la folie qu’on reconnait aux plus grands du genre. Incroyablement doués pour vous entêter de refrains débilos et joyeux, ils savent vous rappeler qu’au fond de vous frétille un lutin fou, régressif et dangereusement intense. Lo-fi et mélodique, efficace au possible (seuls trois chansons dépassent 2min30), l’album passe comme de la poudre Frizzy Pazzy à l’anniversaire du grand frère de 16 ans dont le pote a ramené une bouteille de whisky… Et si vous vous demandez à quoi ressemble leur live, faîtes-vous l’image d’un lapin électrique bat du front, les poils collés de sueur à son slip en cuir et ses bas résille roses !

J’ai entendu certain, surement honteux d’avouer la beauté du style direct, dire que : « Nobunny c’est du art punk !! ». Racontez-moi alors depuis quand le punk ou le garage ont besoin du suffixe « art » pour qu’on s’y intéresse ? La liste des groupes, des Ramones à Jay Reatard, n’est-elle pas assez longue pour se débarrasser enfin des clichés à crête poussiéreux qui font la part belle aux détracteurs ?

Cela illustre bien le phénomène qui touche en général ces groupes : leur influence artistique est aussi forte que leur absence de renommée et de considération. Et leurs fans se retrouvent d’ailleurs dans cette idée. Des anonymes camés à l’énergie magnifiquement crasseuse et jubilatoire d’autres anonymes.

NOBUNNY "My Blank Space" NOBUNNY "Blow Dumb NOBUNNY - "Gone for Good" Live at Echo Park Rising 2013