Mon amour,

Tu es sûrement parti t'oxygéner dans le désert de Sonora.

C'est bien que tu prennes l'air, avant le grand saut. Moi aussi je m'oxygène pour être fraîche pour notre rencontre. Je vais marcher près du lac des sapins. Ne traîne pas trop la patte, quand même. Je crois que je suis prête.

En fait, il y a cinq ans, c'était déjà le cas. Un quart de siècle de joues rosies par les soeurs Brontë. Tu rajoutes trois valses avec Bachir, et je m'ennuie.

J'ai un peu loupé le virage de l'embourgeoisement, tu m'excuseras. Du coup, je bricole en t'attendant.

J'ai fait un prêt pour les cadeaux de mariage. On verra pour les cadeaux de naissance.

Mes seins sont rebondis, mais j'ai le coin des yeux qui rit. J'espère que tu trouveras ça charmant.

Quand j'avais dix ans, je t'attendais vaguement. C'était plus l'image de mon père en mariachi, avec le calque de Cark Gable. Rien qui ne ressemblait à ta tête de Louis Garrel. Mais tu étais bien présent parce que je me souviens parfaitement t'avoir dessiné avec un chapeau de sorcier, sur la tapisserie de la chambre.

A vingt ans, j'ai cru que tu apparaissais sous les traits d'un Algérien. Et puis sous ceux d'un acteur de Twilight. Et d'un producteur de musique. Et d'un Américain. Et de quelques autres dont je te parlerai quand on tardera au lit le matin.

Aujourd'hui, l'amour-nouvelle-technologie rend les copines amères. Elles disent qu'il ne faut pas montrer qu'on a envie. Moi, j'attends sagement, parce que tous les livres parlent de toi. Et que ta fourberie est presque aussi mignonne que tes obsessions pour mon corps. Et que j'ai pas fait tout ça pour rien.

380834_10150455560433152_1368987504_n

Ceux qui ont voulu piquer ta place ont dit qu'ils n'étaient pas prêts pour une histoire sérieuse. Ne les écoute pas, ils ne sont pas sérieux avec leurs histoires sérieuses, je leur ai rien demandé.

Comment fera-t-on après notre premier bébé pour se rerencontrer ? Tu auras sans doute des tonnes d'idées. Moi j'en ai eu une bonne : je passe mon permis de conduire pour revenir vers toi quand on s'engueulera.

Cette année encore je vais dormir sur le lit d'enfants à Noël, avec mes neveux. Pour ça je te botterai le cul espèce d'endormi. T'es chiant d'arriver tard ! Tu fais râler ma mère qui aime les bonnes manières. C'est peut-être que t'as pas pu retirer ton billet ? Et si t'essayais l'illégalité ?

Tu voudrais pas qu'on ait un hamac ? Une ferme ? Un étang ? Un rosier ? Allez, je sens que je t'emmerde avec mes envolées. Tu dois être en train de regarder Casablanca. Ou tu t'obstines à lire Colette, alors que tu sais très bien qu'elle t'embête.

Je t'embrasse mon baroudeur, ne traîne pas trop quand même.