Yves Saint Laurent, réalisé par Jalil Lespert et interprété par Pierre Niney, farfouille tout en nuances dans le mythe du créateur. Après qu'une publicité pour la marque vous a laissé un a priori cynique, avec lequel vous vous débattez pour éviter d'influencer la réception globale du film, l'ensemble plonge dans l'équivoque.

La caméra est comme tenue par Pierre Bergé, aussi narrateur et supposé analyste de l'histoire. Cette lecture révèle incohérences et ellipses, narratives et analytiques, dont on peine à comprendre les logiques, ce qui donne un tout assez brouillon.

Rendre sa part d'ombre à Yves Saint Laurent

La sensibilité artistique et le génie créatif d'Yves Saint Laurent ne devraient pas former un écran de fumée pour optimiser la vente d'une image bien lisse d'un produit fini.

Le talent d'un artiste ne devrait pas servir à nier sa part d'ombre puisque celle-ci participe activement à la transcendance de son esprit, de son état charnel, à travers l'art. Tout autant que la lumière qu'il a en lui.

Pierre-Niney-a-fait-pleurer-Pierre-Berge-en-interpretant-Yves-Saint-Laurent_portrait_w674

Yves Saint Laurent n'était pas qu'un être sensible, timide, introverti et qui chérissait ses proches sans demi-mesure. Yves Saint Laurent était aussi violent, capable de méchanceté et emprunt d'égoïsme. Il traînait les clubs érotiques, rivalisait d'amants sous les ponts de Paris, et puis, il se droguait.

Saint Laurent était capable de faire autant de mal que de bien, comme nous. Il avait besoin d'équilibrer dans son for intérieur ce bien et ce mal, ce qui l'amenait parfois dans l'auto-destruction. Montrer qu'Yves était capable du pire comme du meilleur, le réhabilite dans cette condition que nous partageons sans exception : l'humain.

Le film rend sa dimension humaine à Yves Saint Laurent en montrant une partie de l'intimité de son couple avec Pierre Bergé. Le film montre aussi comment les épreuves les plus terribles peuvent pousser à des moments de création intense ; Yves Saint Laurent trouvait sa paix dans le croquis, les formes et les étoffes.

Qu'il ait eu une part d'ombre ne lui fait pas perdre pour autant son apport déterminant dans l'histoire de la mode. Son travail, comme un portrait de la société, cristallise en un vestiaire tout l'esprit d'une époque marquée par de brusques changements politiques et sociaux. Son idéologie du style et de l'élégance a permis d'ouvrir de nouvelles portes, d'amener sur de nouvelles perceptions du corps.

Avec un esthétisme follement raffiné, Yves Saint Laurent a oeuvré au décloisonnement des champs artistiques avec un bagou qu'il faut entretenir.

ysl-cinema-2307149-jpg_1991845

Envol d'un oiseau tombé du nid

Yves Saint Laurent a passé sa jeunesse à Oran. A propos de ce qui s'est passé en Algérie, on ne sait rien ; on ne perçoit que la silhouette d'une mère dont les jupons servaient sûrement de cachette au petit Yves. Saint Laurent a ce petit tic énervant des timides maladifs : il remonte sans cesse ses lunettes sur le haut de son nez.

Yves commence en 1955 chez Christian Dior comme assistant ; il y rencontre Victoire Doutreleau, mannequin et muse de la maison, avec qui il partage une relation ambiguë qui déclenchera le début de la guerre psychologique Bergé/Saint Laurent. Yves prend la tête de la direction artistique quand Christian Dior meurt en 1957. Il passe ses soirées au Boeuf sur le toit où il se frotte contre Victoire, devant les yeux d'un Lagerfeld éffaré.

yves-saint-laurent

Récemment présenté à Pierre Bergé qui est devenu son amant, Yves Saint Laurent est rappelé en Algérie pour faire son service militaire. L'oiseau ne peut s'y résoudre, qu'irait-il faire avec des armes dans les mains ; lui c'est les vêtements qui lui faut créer, les femmes qui lui faut admirer.

ll ira à gauche à droite pour tenter d'esquiver l'appel et sera hospitalisé pour dépression. A sa sortie de la clinique, Pierre Bergé retrouve Yves et ils lanceront la maison Saint Laurent, grâce à un investisseur américain. Yves s'occupe de la création, Bergé des affaires.

Leur succès accompagnera leur dynamique destructrice. A force de jeux, de jalousie, d'attaques et de rivalité, Bergé prendra Victoire par derrière ; la belle se fera virer de l'atelier quand Yves l'apprendra. Séducteur, ce dernier prend confiance. Yves semble ne pouvoir vivre que dans le tumulte, dans le chahut des passions. Saint Laurent volera à Karl Lagerfeld son amant, Jacques de Bascher, que Bergé menacera pour l'éloigner d'Yves.

364240-yves-saint-laurent-avce-pierre-niney-et-620x0-2

Le mirage de Bergé

Si Yves Saint Laurent a cette dimension intéressante de rétablir sa condition humaine au créateur, le décalage produit par la voix prêtée à Pierre Bergé dérange. Au sortir du film, Bergé reste un homme d'affaires et demeure un inconnu. On n'en sait pas plus sur sa personnalité, ses passions - sinon, celle pour Yves - et sa vie.

Le couple semble s'être regardé en chiens de faïence. L'amour n'a pas manqué dans leur complémentarité, l'amour est toujours là mais cet amour reste un mystère dont les détails n'appartiennent qu'à eux.

C'est l'esprit de leur dynamique amoureuse qui en dit long des humains dont l'orgueil et l'égoïsme, s'ils ne sont pas identifiés et maitrisés en soi, éjectent du tout au tout : détruire l'autre ou s'élever ensemble.

6814193-yves-saint-laurent-le-film-jalil-lespert-fait-les-soldes

Yves Saint Laurent laisse un goût amer en bouche. Quand bien même la beauté fastueuse de la mode, les acteurs placés aux bons rôles, la justesse des références artistiques - toutefois, de nombreuses cruciales manquent - ne peuvent équilibrer ou justifier le parti pris dénué d'objectivité.

La scène d'exposition montre Pierre Bergé traversant les pièces de l'appartement parisien du couple. Yves Saint Laurent aimait les objets d'art, peu importent lesquels du moment qu'il était touché par leur émotion ; lui et Bergé les collectionnaient et les achetaient en double. Bergé a tout vendu après la mort d'Yves en 2008, l'incompréhension reste.

Le Pierre Bergé du film semble dire qu'il n'a pas résolu l'énigme de sa vie : Yves. Leur destin semblait irrévocablement voué au déchirement de leurs âmes sur un air de Wagner, sans qu'ils puissent rien y faire, avec une violence telle, qu'aucun d'entre eux, ni de leurs amis, ni aucun succès, ne saurait apaiser ou déjouer les affres de leur guerre.