1 - Stan Smith versus Marty McFly

Si Adidas revient sur sa décision d'arrêter la Stan Smith et relance la production de son intemporel, sans lequel, le monde paraît bien morne et cruel, la concurrence se doit d'équilibrer l'euphorie légitime d'une pareille nouvelle. Secret de polichinelle, Nike annonce que d'ici 2015 les baskets à laçage automatique de Marty McFly seront commercialisées. Le renouveau du futur, c'est à qui mieux-mieux.

2404353031

2 - "Papier glacé", un siècle de photographie de mode chez Condé Nast au Palais Galliera

Le Palais vit au rythme de ses expositions temporaires. Un non-sens absolu pour notre capitale frivole dont le musée de la Mode ne propose pas de collection permanente. Amérique te voilà : l'éditeur Condé Nast vient renflouer quelques caisses et vernir sa respectable réputation d'oeil précurseur. Du 1er mars au 25 mai, plus de cent-cinquante tirages des plus grands photographes de mode y seront présentés, comme ceux de Bourdin, Newton ou de Lindbergh. L'exposition retrace l'histoire des rédactrices en chef du Vogue qui insufflaient de réelles et nouvelles dynamiques ; des logiques plus sociologiques qu'artistiques à penser comme des horizons à récréer.

456_joffe

3 - Mulberry x Cara Delevingne

La marque anglaise pratique à merveille l'art de l'optimisation d'une star actuelle, qui, de son aura, fera peut-être sauter les taux de transformation en boutique. Après Alexa et Lana, Mulberry mise sur Cara Delevingne, déjà égérie de la marque, pour notamment parer ses difficultés financières. Pas de défilé prévu cette année à la fashion week de Londres. Seulement un mini show avec Cara et ses sacs qui n'ont rien de franchement épatants.

cara_referencephotoelle.fr

4 - La basket haute-couture : le drame de Massaro

La basket détient son titre de noblesse depuis un bail, toutefois, elle connaît un défi de taille : ne fait pas de la bonne basket qui veut. Qu'on aille pas nous faire croire au hasard, Dior et Chanel ont fait exactement la même chose et la réussite a pris la fuite dans un too much au zéro pointé. Une pensée chaleureuse adressée au chausseur Massaro, qui a fait violence à ses ancêtres mais dont on comprend la nécessité de devoir s'adapter.

baskets-dior-haute-couture-printemps-ete-2014_4695285

5 - Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre

L'exposition lyonnaise au CHRD conte l'histoire de la mode pendant la seconde guerre mondiale. L'exposition se terminant le 13 avril réunit de nombreuses pièces qui permettent notamment de déconstruire notre rapport aux modes et tendances. Faits historiques, flous de la politique collaborationniste, économie en difficulté et sociologie de la française coquette et fière, s'entremêlent avec cohérence pour susurrer du bout des lèvre un double-discours qui laisse perplexe à propos des motivations de chacun.

affiche_exposition

6 - Forever 21, une ouverture ratée dont on ne peut plus parler

Chez Forever 21 on a visiblement du mal à se payer des bons conseillers en marketing pour faire des lancements. L'enseigne californienne s'était littéralement coupée l'herbe sous le pied en octobre dernier, quand elle a fait miroiter à ses clients des chèques-cadeaux douteux pour attirer le gogo dès l'aube. Depuis, le magasin s'est ouvert rue de Rivoli, et, personne n'a daigné écrire dessus. César a parlé.

7 - Coty nez de la dolce vita

Toute marque connaît les affres de la diversification commerciale. Les risques sont nombreux entre identité de marque, coeur de consommateurs où planter la flèche d'un Cupidon schizophrène, et communication à ne pas foirer. Malgré l'échec spectral des parfums BIC, Vespa prend le risque et s'apprête à lancer deux parfums qui ne prévoient pas de couvrir les relents d'hydrocarbures.

parfum_bic1

8 - L'indécis Elle Man

O combien il est risqué de faire dans le papier ! Elle Man subit cette logique de fin de course dont les limites ont été, notamment, tissées par le même groupe de presse qui détient le titre. La version masculine du célèbre féminin patauge dans sa semoule de mauvaise manufacture et ne trouve aucune de ses marques depuis octobre 2013. Un lectorat absent, une périodicité non fixée, un prochain numéro prévu pour mars, rien ne sert d'en savoir plus... Il faut apprendre à accepter ses échecs face à Lui.

9 - Misère de l'hiver

Les soldes n'ont pas du tout marché ; pas d'anguille sous roche c'est juste qu'on a plus de sous, ou qu'on les met au chaud, au détriment du style. Cold has no style.

10 - Caprice des dieux, premier sur le sondage

La Saint-Valentin est une affaire qui roule divinement bien. A l'heure où on se coud des poches à l'intérieur de nos robes, comme la mère-grand faisait, pour jouer la cigale, l'humain européen n'a pas pour autant perdu sa fougue. Les chiffres de la fête sont au rendez-vous et l'amour s'affirme plus que jamais comme preuve matérielle à fournir, strictement indispensable, à l'illusion du confort sentimental.