Par Jacques Beetschen
Combien d’œuvres peuvent se targuer d’être radicales ? De ne jamais chercher à plaire, mais à dire. A l’heure de la culture de masse, du divertissement, qui cache, parfois, de vrais instants de vérité, quelques œuvres agissent dans l’ombre. Les trois sœurs du Yunnan de Wang Bing est de celles qui disent l’essentiel.

les trois soeurs du yunnan2

Wang Bing (Le fossé, Les enfants invisibles) livre l’histoire de trois sœurs vivant à la campagne dans la Chine contemporaine.

L’aînée occupe particulièrement l’œil du cinéaste qui, à travers ce documentaire, cherche à se rapprocher de son passé (lui-même ayant grandi à la campagne).

Le documentaire de deux heures enchaine des espaces-temps narratifs clos, où se construisent des vies arides, isolées et solitaires. La trivialité de leurs gestes contraste avec leur situation désespérante.

L’expérience est parfois suffocante, tant le constat du réel est difficile.

Les sœurs n’ont d’autre choix que l’acceptation, toute forme de rébellion leur est interdite. L’œuvre de Wang Bing est déchirante : ce combat, au milieu des montagnes, est vain.