1 - Ritournelle vintage : arrivait-il à Kurt de porter un K-Way ?

Les boucles se bouclent. Cela semble ne pas connaître de fin. Se pourrait-il qu'un jour nous touchions le fond de la mémoire collective ? L'interrogation n'est pas rhétorique mais purement cynique quand on permet au temps de courir aussi vite : déjà les années 90 sont classées vintage. Avec l'inspiration Kurt Cobain, le style Spice Girls qu'on pensait parti, s'en est revenu, tout comme le K-Way né en 1965, que les vrais, eux, n'ont jamais lâché.

2 - Cogito ergo H&M

Pour le printemps H&M accueille une nouvelle collection Conscious, suivant sa lancée "d'innovation en la matière" afin de passer un coup de lavette sur les scandales. En plus de son engagement contre la viscose avec ZARA, l'enseigne consacre ainsi son positionnement dans l'éco-responsable, bien que quelques rares étiquettes- produits révèlent encore une part de pourcentage trop familier.

Bangladesh-Campagne-Clean-Clothes-communication

3 - Célébrités, tendances et publicité

On pensait avoir tout vu mais non :

4 - Jean-Paul Gaultier à Londres

L'exposition nomade de Gaultier s'est installée au Barbican Center à Londres pour sa huitième étape. Sous la bonne étoile du punk, plus de 160 mannequins retracent le parcours du créateur ainsi que son travail avec des figures du "star-bizness". La capricieuse Paris accueillera enfin son enfant terrible de la mode en 2015, au Grand Palais, la querelle désormais tranchée entre les musées de la Ville de Paris.

5 - LED à l'ongle

Si l'on n' a pas encore réussi à greffer une tête de licorne sur un corps humain, les nippons se rapprochent toujours plus près des étoiles. Comme nouveauté hebdomadaire, la firme nippone Takara Tomy lance ses autocollants d'ongles électroluminescents. Ils s'illuminent via une application qui utilise la technologie NFC (communication en champ proche), reléguant ainsi la batterie dans le camp de l'obsolescence.

Source : fashionmag
Source : fashionmag

6 - L'évolution dans le vêtement

L'Evolution dans le vêtement écrit par le fils de Charles, George H. Darwin, s'ajoute au catalogue des éditions Allia, qui publient ici un texte paru en 1872 dans le Macmillan's Magazine. Darwin applique à la mode masculine de son époque son héritage paternel. Depuis le Paris du Second Empire rien n'a vraiment changé, en substance.

7 - Les fournisseurs chinois de Nike, Adidas & Cie dans la rue

Suivant une logique politique implacable, les grèves sans précédent des fournisseurs chinois de Nike, Adidas, Reebok, Puma, Converse ou encore New Balance, sont étouffées. Les salariés manifestent pour que leurs cotisations sociales soient mises en conformité, ce qui leur permettrait d'accéder à une couverture médicale. L'entreprise Yue Yuen a enregistré l'année dernière un chiffre d'affaire de plus de 7 milliards de dollars - chiffre d'affaire à la hausse.

8 - Normcore

Parti d'une erreur journalistique, le terme "normcore" passe des bouches aux oreilles sans que l'on puisse encore comprendre ce dont il s'agit : nouveau courant hipster non-assumé ? Démarche éco-citoyenne de consommation raisonnée ? Pourquoi pas le regain populaire d'un désir humain de simplicité, soit du banal ? Une incompatibilité philosophique et économique avec l'esprit modesque.

9 - Barbie tente une définition de la normalité

Si la Barbie aux mensurations "normales" propose une vision de la réalité susceptible de ravir certaines luttes sociales, il n'en reste pas moins qu'une réévaluation pertinente de la "normalité" reste ignorée - comme ce bon vieux Ken. Au-delà des bonnes attentions, un absent : le questionnement du symbolisme "Barbisien" dont l'éventuelle tolérance des pulpeuses n'autorise toujours pas le bourrelet, ni n'émet l'idée de penser et déconstruire le règne politique de l'apparence sur-codifiée. Ce qu'H&M ne tarde jamais à habiller.

Source : Dailymail
Source : Dailymail

10 - "Révolution d'Amour"

Madonna a construit son succès notamment en faisant des luttes sociales son étendard,et ce, depuis ses premières notes. Aujourd'hui, elle demande à ses fans de se mobiliser contre les violences en Ukraine. Toujours au creux de l'actualité, cette "révolution d'Amour" professée par Louise atteindra les headlines des médias quand son frère, Anthony Ciccone, se sera fait entendre partout. Ancien grand parrain des Gambinos, une des grandes fratries de la mafia new-yorkaise, ce dernier vit dans les rues d'une petite ville du Michigan et commence à attirer l'attention.

Source : Lefigaro
Source : Lefigaro