Groupe : Eels Album :   The Cautionary Tales Of Mark Oliver Everett

Par T. Goodman

Eels, groupe à géométrie variable (environ une vingtaine de membres différents pour les 11 albums), s'est formé autour du pilier Mark Oliver Everett, alias E ou Mr E.

Leur dernier album, sorti le 21 avril dernier, met à nue la personnalité fragile et compliqué du sieur Everett : introverti mais pas nombriliste, habité mais pas dérangé, un gars qui trouve l'équilibre en se tenant à côté de ses pompes.

Le genre à tremper la main gauche dans le bonheur et la droite dans la mélancolie, pour se frotter les mains sur un cahier à musique.

Mais la marque de fabrique de Mr E, c'est sa voix. Il met au service de ses joies et des ses turpitudes cette petite pointe rauque sincère et sucrée comme du lait de coco : une voix raucoco en somme (un petit jeu de mot primesautier et médiocre n'ayant jamais tué personne).

"Un gars qui trouve l'équilibre en se tenant à côté de ses pompes"

Le dernier album s'inscrit comme étant l'un des plus reposé et des moins électrique de sa discographie.

C'est également son album le plus personnel, le natif de Virginie allant même jusqu'à s'afficher en gros plan sur la pochette de l'album. Fait rare pour lui qui préférait se cacher derrière l'entité de son groupe. Nul doute que ce quasi selfie tout en barbe est lourd de signification.

Beaucoup de ballades, piano, cordes et cuivres, certaines très épurés, constituent l'ossature de l'album.

Après avoir flirté avec le rock alternatif, voire même l'électro sur certains opus, Les Eels (anguilles) nagent ici en eaux calmes pour aborder en toute quiétude des sujets profonds et/ou sérieux comme la mort ou les mondes parallèles au sens physique du terme (le père de E était une sommité en matière de physique Quantique).

"Parralels" donc, est une des réussites de l'album : on croise le fantôme d'Elliott Smith et l'on se prend à fredonner avec lui la chanson sans même la connaitre !

Le génie de Eels, est peut être de composer des chansons faciles pour des gens compliqués, une machine à tubes venu d'un monde parallèle.

 

"Le génie de Eels est de composer des chansons faciles pour des gens compliqués, une machine à tubes venu d'un monde parallèle"

 

L'autre titre qui se détache est l'autobiographique "Mistakes Of My Youth", une folksong flamboyante, définitive où Mark chante "In the final moments I hope that I know that I tried to do best I could".

Le meilleur est atteint, Mr E, mais peut être que vous l'avez touché sans vous en rendre compte.

Un effort introspectif à mettre entre toutes les mimines, fans de la première heure comme prospects du dernier train musical.

Crions à Mark Oliver Everett qu'on l'aime, mais pas trop fort, ça pourrait ruiner son équilibre.