Oui je mate des Visconti en sirotant du Bayleys, la main posée sur le New-Yorker. Ca vous pose problème ? Cet élitisme précautionneux me permet de bouleverser la rédac chef dans ses catégories : mode ou ciné ? CALL ME GENIUS!!!
Si ce n’est déjà fait, par pitié sisters, regardez Rocco et ses frères. La pugnacité cinématographique au service d'une gueule d'ange ! Quel talent dans le déroulé de l’histoire : crescendo scénaristique, drame familial, explosion des sentiments individuels, déracinement sur fond de changement social, progression lente du sacrifice. Une vraie tragédie grecque à la sauce italienne, dans le Milan industriel des années 1950, avec les cris de la mama remplaçant ceux des oracles.
rocco-et-ses-freres-1960-01-g

Je vous souhaite à toutes de trouver votre sulfureux Rocco à l’âme pure. Et de le faire rebaptiser dardar. Ce que je ne vous souhaite pas, c'est de tomber dans la luxure et la dépravation - comme la touchante Annie Girardot - et de subir les glapissements constants de votre belle mère. Oui, être cinéaste italien en 1960, même quand on est doté de subtilité, de génie et qu’on s’appelle Visconti, ça veut dire parler d’hommes qui se battent, de femmes qui se font violer et de belles mères acariâtres qui cassent les couilles.

rocco-et-ses-freres-1960-06-g

En revisionnant ce classique, j’ai été sidérée par la modernité des costumes, des allures. Surtout chez les hommes. C’est incroyable, tout est là : le cheveu légèrement gominé avec la raie de coté, le bonnet qui laisse échapper une houppette ondulée, le cuir sur le marcel écorché, le fut trop court taille haute en velours côtelé, les bottines en cuir vernis, l’aviateur col fourrure, le blouson imprimé léopard (ça mon cochon, sur un blondinet cascadeur, fallait oser), le gilet en jersey prêt du corps, la veste à carreaux, le pull universitaire en grosses mailles, le trench ajusté… Et comme Rocco a quatre bros, ça fait un vrai défilé de mode.

"Tout est là : le cheveu gominé avec la raie de coté, le bonnet qui laisse échapper une houppette, le cuir sur le marcel écorché, le fut trop court taille haute, les bottines en cuir vernis, l’aviateur col fourrure"

 

Vicenzo Parondi, l’ainé, svelte et élégant, est du genre belle gueule un peu froussard. Le James Dean du dimanche. Simone Parondi, le second, endosse le rôle du bourru sauvage. C’est marqué sur sa gueule : il va briser des nuques. Rocco est l’idéaliste rêveur en quête de retour aux sources. Ciro a les pieds sur terre. Quant à Lucas, 12 ans, sa précocité se lit dans sa cravate fine rangée dans son col V.

Plus que le style en soit, c’est la sobriété des tenues des frères Parondi qui est moderne.

rocco-et-ses-freres-1960-05-g

Les couturiers contemporains revisitent depuis 10 ans la mode masculine des années 1960s, en adoptant les formes ajustées des costumes mais en ternissant les couleurs.

Dans Rocco et ses frères, les looks sont sophistiqués et austères. Différents des looks américains de la même époque par exemple, plus excentriques, visibles dans La Fureur de Vivre.

Delon Visconti, Rocco et ses frè 1

L’humeur des Européens du sud après la seconde guerre mondiale laissait peu de place au panache. Si Rocco et ses frères avait été en couleur, peu de chance de découvrir des pulls orange ou des pantalons rouge.

Nous n’inventons rien. Rendez-vous compte : les parisiens des années 2010 s’habillent comme les milanais des années 1950. Et quand Delon est enfin l’égérie de Dior, c’est une photo de lui en 1965 qui habille la publicité d’Eau Sauvage. La mode est cyclique, parait-il. Ou bien elle tourne en rond, dans une  Fiat 600.

Extrait à 8'46 :

a