image

Aujourd’hui, parce que c'est lundi, on se frictionne les oreilles ankylosées d'électro avec François Feldman. Qui n’a pas eu le ventre brassé comme après un Starbucks sur Valse de Vienne? Qui n’a pas pleuré la neurasthénie du petit Franck ? Les temps sont suffisamment sombres pour s’autoriser une petite régression dans le doux cocon de François (dans son « univers confidentiel » susurre un Wikipédia adepte des euphémismes de l’insuccès). Ecouter Joy, c’est un peu comme ressusciter dans un champ de tulipes. En matière de rêverie comme en matière de style, François avait tout d’un grand : combinaison à paillettes violette, col V plongeant, rollers à quatre roues dans la vidéo de la semaine, pépite de ses débuts :Can you Feel It. image Aussi poignants que les chèvres de Chagall dans un ciel de violons, deux noirs, torse nus, auréolés de colliers de perles, soufflent dans un saxo. Les paroles(« faut plus qu’tu piques ta crise, he man t’as la peau white ») nous plongent avec nostalgie dans le militantisme neurasthénique des années 80.

a

Consacrez la soirée au matage de la vidéo en boucle. Ça a objectivement de quoi booster votre créativité jusqu’au vendredi 18h. On aurait pu vous coller Toute Première Fois de Jeanne Mas, mais on a préféré vous laisser digérer le gras du week-end.

Amis de mauvais goût, bonne semaine ! N’oubliez pas de regarder Glee, de lire Fortune, de vous faire masser dans la boue, et de voter FN.