Il est réjouissant de constater que l'on peut encore tout oser dans le cinéma français. Pascale Ferran en est la preuve vivante.

Après huit ans de silence (Lady Chatterley était sa dernière création) la réalisatrice renoue avec son sujet de prédilection: le changement de vie après l'errance. Dans Bird People elle axe sa réflexion sur le transitoire. Les métros, les terminaux des aéroports,les stations servent de décor à une caméra avide de détails sur le départ vers un ailleurs.  

20663961

Peu importe qui sont les personnages observés, ils sont captés pour leur essence en mouvement. La vacuité du mouvement est ici un postulat formel qui évolue peu à peu vers un resserrement scénaristique autour de deux personnages. Deux personnages qui ont cette impression de ne jamais se poser, de ne jamais vivre pour eux, d'être invisibles. Ils décident de tout lâcher et tentent un envol.

L'envolée est aussi douce que brutale. Ils se remettent à vivre, à suivre le vent. Gary a un insatiable besoin de défricher le terrain, de ne rien laisser devant lui de contraignant, quitte à paraître égoïste et froid. Il reste où il est, après une nuit d'impossible sommeil. Étonnamment, il fuit, mais sur place.

Le film ne se propose pas de comprendre, juste de constater la rupture, sans l'expliquer. la-chambre-bleue-16-05-2014-12-g

Le regard que porte Pascale Ferran sur le monde est aérien. Le spectateur est amené à revisiter ce qu'il voit tous les jours, à ressentir autrement.

Nos émotions sont constamment sollicitées, faisant du film une expérience. Notamment lorsqu'il bascule dans le "conte" avec le personnage d'Audrey (le sourire d'Anaïs Demoustier...).

"Étonnamment, il fuit, mais sur-place".

Bird People rapproche ses personnages, en les faisant évoluer dans le même lieu. Audrey pénètre dans la chambre de Gary, se pose des questions sur sa vie, sa destination. Mais la réalisatrice ne fait pas de son film une rencontre à proprement parler. Les êtres se croisent par hasard, ne se reconnaissent pas, ne se disent pas tout. Et le langage (confrontation ici entre l'anglais, le français, le japonais et le chant de l'oiseau) est aussi questionné.

La musique, la ritournelle, isole dans nos MP3 et décale nos ressentis. Avec Bird People, tous nos sens sont en éveil, mis en alerte par cette expérience de l'observation.

BIRD PEOPLE Bande-annonce par diaphana

Par Chloé Margueritte