Groupe : Hundred Waters Album : The Moon Rang Like A Bell

Hundred Waters est un groupe américain de Floride, fondé en 2011, coupable d'une musique qu'on pourrait qualifier d'electro-art-rock.

Ces jeunes gens se sont rencontrés sur les bancs de l'université de Gainesville (genre de Sorbonne mais à l'échelle d'une ville). Dans ce foisonnant bouillon de culture (when Bacon meets bacon...), ils élaborent une musique inventive, réjouissante et singulière.

Singulier, "Hundred Waters" n'a pas choisi son nom d'après le dernier bar à eau bobo tendance, mais comme hommage à l'artiste contemporain Friedensreich "Hundertwasser", peintre et architecte autrichien.

L'homme disait d'ailleurs : "Certains disent que les maisons sont faites de murs, je dis qu'elles sont faites de fenêtres.", adage que le groupe a fait sien en refusant de se cloisonner à un style particulier et en s'ouvrant constamment à de nouveaux horizons.

7ae4c4ee

Et de fait au fil des 12 titres de ce second album, on passe de la folk à la musique de chambre (Down to the Rafters), puis à des sonorités R'n'B (Out Alee), pour sombrer dans une ambiant darkwave apocalyptique à la Dead Can Dance (Chambers).

"Cavity", leur premier single, est d'une beauté organique, lunaire. Le chant suave de Nicole Miglis (aux accents Bjorkiens) habilement mélangé aux harmonies, nous offre une berceuse onirique et étrange pour extra-terrestre souffrant de décalage stellaire.

Le clip, splendide, tout en clair obscur prolonge la magie de la chanson :

Friedensreich Hundertwasser (vous me le copierez 100 fois), mon nouveau pote, disait également : "Si quelqu'un rêve seul, ce n'est qu'un rêve. Si plusieurs personnes rêvent ensemble, c'est le début d'une réalité !".

C'est beau comme du Emilie Jolie, mais surtout et là encore, la déclamation illustre l'alchimie du groupe qui met en corrélation toutes ses chimères pour aboutir à un hybride musical réussi. Souvent, le mélange électro/rock donne de la bouillie sonore tout juste bonne à donner en pâture aux aficionados des tubes estivaux gavés de beignets à la confiture de Guetta.

"Le groupe est signé sur OWSLA, plus habitué aux saillies dubstep sautillantes qu'aux fragiles mélopées nocturnes"

 

On compare Hundred Waters à Bjork (pour la voix), à Animal Collective (pour la veine Rock) et à BRAIDS (avec qui ils ont tourné, pour le penchant électro). Nous ajouterons The Mars Volta pour les influences jazz et psychédéliques et surtout pour le côté expérimental.

Dernière singularité : le groupe est signé sur OWSLA le label de Skrillex, plus habitué aux saillies dubstep sautillantes qu'aux fragiles mélopées nocturnes.

Espérons que le tourbillon du succés emporte Hundred Waters vers des cieux encore plus créatifs, car comme disait ce bon vieux Friedensreich (par ailleurs responsable des toilettes les plus cools de l'univers), "la spirale est exactement là où la matière inanimée se transforme en vie".

Un petit clip tout bizzz,en hommage aux hommes en orange :