La hype, c’est l’école de la volte-face. Ce qui est tendance est ce qui surprend. Exemple : un vieux tic nerveux de derrière les fagots peut passer pour un coup de génie. Convulse ton bras droit, te voilà le nouvel Adrian Brody.

Hier soir, on s’est carrément payé une Sing Ha au Bain, avec vue sur Manhattan by night. Comme ça, gourmette sur zinc, mousse chinoise dans gant en soie. Genre c’est tellement ringard le champagne que toi la serveuse hongroise aux allures de boudin de porte, tu vas nous faire péter… la boisson la moins chère de ta carte inflationniste. Décapsule une vilaine bière bien rétro, qu’on boira au goulot. Et quand la serveuse hongroise demande si on veut laisser la « carte ouverte » (ie vider nos comptes dans la soirée), on dit « non, mignonne, on close, reste le café soluble à payer ».

LeBain New York Pool Party

La hype n’a pas de règle. Soyez là où on ne vous attend pas. Soyez comme nous, par exemple, les Groseilles désargentées des soirées underground.

Pour les nazes narcoleptiques de la socialisation, hier soir au Bain – QG des selected people du Meatpacking de New-York (coté bling, pas bang), c’était la soirée Kitsuné. Ce que je peux déjà vous dire sous la table pour septembre, c’est que le dos nu cartonne, les bretelles s’envolent, le jacquard s’enflamme et le gilet se porte sur la veste en cuir (dans une autre vie, je trouvais les sous-titres chez Cabana). Au mois d'août dans le Meatpacking, on s'habille avec la collection de la rentrée, et on sue avec élégance.

Mes hautes chaussettes rouges avec ma jupe jaune dite « bouge de là » ont fait grande impression. Hors carton d'invitation, bien sûr. J’ai senti pas mal de regards inquiets – donc intéressés – en leur direction. Mais on n’est jamais sûr de rien, parce que les gens au Bain se regardent sans avoir l’air de se regarder. C’est un exercice périlleux qui peut conduire au strabisme. En filigrane, je pense, l’idée c’est : « ton look m’intéresse, mais je dois réfléchir à si j’ai l’énergie de le décrypter ».

22-07-2013_kitsune_nytee_blue4

Moi je décrypte tout depuis que je regarde Sherlock et que je sais qu'il me reste trois ans avant d'avoir un enfant.

Le fait est que nous avons trouvé la brèche du succès : au royaume de la toise blasée, prends l’air amusé. En se délectant de tout, en affichant un franc sourire provincial et bon-enfant, on a su créer le buzz. En bon soldat intrépide de la performance, Le ChienPoney a touché en souriant 22 sortes de vestes en peaux différentes : du vison blanc façon Bolchoï à la rase zibeline brooklynoise.

Elle a surtout claqué la bisette au cultissime Fisher Stevens de la série Demain à la une. J’ai, pour ma part, baisé la bague magique multicolore d’un lanceur de couteau syrien (bohémien en manteau Vivienne Westwood), ce qui me vaut je crois 10 ans d’espérance de vie supplémentaire. J’ai aussi ondulé comme une panthère sur One Life Stand devant un aryen sacrément bien bâti (va savoir pourquoi, une fois par an, je veux croquer du très très blond très très grand – c’est mon ramadan).

19-400x400

Nous n'étions pas les seules à avoir trouvé la brèche. Deux couples ont dansé un très osé rock’n roll sur Justice. Le glissement la mode = l’argent, l’argent = les rallyes, donc la mode = les rallyes, s’opère enfin. C’est la fin des complexes pour les VIE en banque à New-York et peut-être l’occasion pour Cyrillus d’ouvrir un showroom à Chelsea.

 

a.a