Je crois qu'il profita, pour son évasion, d'une migration d'oiseaux sauvages. Au matin du départ il mit sa planète bien en ordre. Il ramona soigneusement ses volcans en activité. Il possédait deux volcans en activité. Et c'était bien commode pour faire chauffer le petit déjeuner du matin. Il possédait aussi un volcan éteint. Mais, comme il disait : "On ne sait jamais !" Il ramona donc également le volcan éteint. S'ils sont bien ramonés, les volcans brûlent doucement et régulièrement, sans éruptions. Les éruptions volcaniques sont comme des feux de cheminée. Evidemment sur notre terre nous sommes beaucoup trop petits pour ramoner nos volcans. C'est pourquoi ils nous causent des tas d'ennuis. Le petit prince arracha aussi, avec un peu de mélancolie, les dernières pousses de baobabs. Il croyait ne jamais devoir revenir. Mais tous ces travaux familiers lui parurent, ce matin-là, extrêmement doux. Et, quand il arrosa une dernière fois la fleur, et se prépara à la mettre à l'abri sous un globe, il se découvrit l'idée de pleurer. - Adieu, dit-il à la fleur. Mais elle ne lui répondit pas. - Adieu, répéta-t-il. La fleur toussa. Mais ce n'était pas à cause de son rhume. - J'ai été sotte, lui dit-elle enfin. Je te demande pardon. Tâche d'être heureux.

Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1943.

Demdike Stare Ishmael's Intent

Rødhåd Entering 101
Schizolectric Seclusion
Temporal Transmission Transmitter A
Stanislav Tolkachev Negative Space
Rrose Pentagons
Function & Inland Odeon