Suis-je trop vieille pour mourir jeune ? Diane, 29 ans, Sclos de Conte

Diane, il est urgent d'attendre. Voilà ce que je vous aurais dit si j'avais du talent. Au lieu de cela, je vais me confier sur ma vie personnelle et mettre tout le monde mal à l'aise : à l'heure actuelle, je n'attends rien d'autre de la vie qu'un bon éclairage, indirect, préférablement venant du sol. Je ne compte plus le nombre d'orgasmes gâchés à cause d'un néon ! Comment voulez-vous que, dans ces conditions, je vous retape le karma sur ces histoires de dates de sortie de piste ? M'est avis que vous n'êtes pas James Dean, Diane, et que vous feriez mieux d'anticiper une reconversion point de croix pour mourir propre, comme tout le monde, à 58 ans. Je rajouterai aussi qu'il vous reste 2 ans avant d'être vraiment vieille.

L'indépendance de l'Ecosse signifie-t-elle la fin du nomadisme tsigane ? Karine, 33 ans, ONU

Bx4_86TCIAE2qUG.jpg large

L'indépendance? Mais Karine, ils sont noirs ! Ils ne peuvent pas être indépendants. Vous avez eu votre MA International Races dans un Kinder ? (Attendez, je me recadre toute seule : le tacle du Kinder c'est pour les vieux cons, Sa-de. Tu vaux tellement mieux que ça. Rappelle-toi qu'une fois, tu as baisé deux mecs en même temps et qu'ils ont pas eu mal.) Le lien entre l'indépendance écossaise et le nomadisme tsigane - qui rappelons-le est un folklore destiné à faire vivre l'art contemporain - est aussi ténu que ma bite dans votre cul onusien.

Mon mec porte des Docs, dois-je me faire tatouer ? Nadège, 17 ans, Lille

Nadège, on laisse pas bébé dans un coin ! C'est pas parce que votre incorrigible socialite de copain a encore voulu attirer l'attention vers lui en achetant les itshoes de la rentrée, alors qu'il avait déjà arboré la cape nude l'an dernier (!), que vous devez vous cacher dans un coin de la salle de danse. Faites-vous un gros tatouage, quelque chose de bien ostentatoire sur le ventre qui désarçonnera "Docman" et levez-moi ce port de tête en cadence. Si j'étais sûre de la joliesse de ses traits de femme du nord, je vous conseillerais même de vous faire tatouer le visage de votre mère. Rien de tel en art de la guerre que le suicide identitaire. Si vous étiez un film, Nadège, vous seriez Black Swan. Et si Docman en était un, il serait certainement Monster. Le chroniqueur ciné me fait signe que non avec la tête, mais moi je vois très bien de quoi je parle.

Quelle solution pour les mecs qui ont le bras dans le plâtre et veulent se branler tout en prenant un selfie ? Angie, 34 ans, Bastia

Comme d'hab Angie, la solution est sur l'internet nippon.

Bxu8fdwIEAAi9Mi.jpg large

Les blagues corporatistes sont-elles interdites par le droit du travail ? David, 27 ans, Villejuif

Parfaitement David. Merci à vous de pointer du doigt ce sujet délicat. Les blagues d'avocats sont aujourd'hui les seules blagues corporatistes tolérées par le droit du travail français. Cette faveur nous vient tout droit de la Grèce Antique qui confiait à ses hommes de lois, à la nuit tombée, la difficile tâche d'amuseurs des rues. Nos plaideurs actuels ont quelques fadeurs, mais ils perpétuent tant bien que mal la tradition de la vanne de juriste. "Bien ta plaidoirie contre la prolifération des lapins de garenne ?" est donc une tentative de blague conforme à la légalité.Tout comme "Salut Batman, t'as oublié ta robe ?" qui n'a pas pris une ride. "Tu prends machine au téléphone, elle a encore claqué un renard au TI" est une variante jeuniste que seuls les collaborateurs en PI comprennent. Bien aimer ces galéjades de palais ne relève pas du devoir constitutionnel.

J'ai mis ma jambe sur sa jambe, pourquoi n'a-t-il pas touché mon bouton ? Joan, 21 ans, Paris

C'est marrant, à chaque fois que j'essaie de ne pas m'énerver dans un courrier des lecteurs (suite aux plaintes répétitives contre la mauvaise humeur de la rédaction), on me balance une bombe au moment de l'arrivée. Joan (qui a un prénom d'écossais indépendant et qui le fait exprès), pense qu'on est dans sa tête. De quelles jambes parle-t-on ici Joan ? Comment voulez-vous que je bosse dans ces conditions ? L'esprit de déduction est un talent d'orfèvre qui doit s'exercer sur les plus belles énigmes. Me voilà entrain de penser au "bouton" de Joan, qui doit être une fille (bien que son nom indique le contraire) faisant référence, dans la langue du pédophile, à son propre organe reproductif. A moins que Joan ne soit un joueur de rugby qui, dans le contact avec la mêlée, aurait perdu le bouton de son caleçon et réclamerait réparation. Quoi qu'il en soit, de grâce parisiens, ne mettez pas la jambe sur la jambe ! C'est valable en alcôve, sur le terrain, et dans les charcuteries.

Le pont des arts sans cadenas... Et pourquoi pas le grand huit sans vomi ? Cyrille, 46 ans, Paris

Cyrille se laisse probablement tourner la tête par la biennale d'art contemporain... Il voit des débats civiques/artistiques de haute volée de partout. Mais ne vous insurgez pas pour des cadenas Cyrille ! Surtout pas dans un jargon d'enfant ! Allez, zou, retournez au travail, cessez d'errer dans Paris. Qu'est-ce qu'il vous restera sous la pédale quand on vous annoncera pour de bon que votre entreprise de boîtes à stylos est en redressement judiciaire ? Parce que ce n'est pas les designers de chez AD qui ont venté leur mérite le mois dernier en collant votre photo au Cap Ferré, qui vont vous sauver la mise cette fois-ci. Parfois on se retrouve cadenassé à ses idées, et il ne nous reste plus qu'à leur vomir dessus.

pont-de-archeveche-notre-dame