Artiste : Forever Pavot Album : Rhapsode Label : Born Bad Records

Nous avions déjà écrit tout le bien que nous pensions de Born Bad Records lors d'une précédente chronique (les moonshine popeux de Dorian Pimpernel).

Non content de posséder le meilleur groupe de rock, alternatif français avec Cheveu, psychédélique avec Wall of Death, post-punk/cold wave avec Frustration (j'en passe et des meilleurs avec Julien Gasc, Jack Of heart, Violence Conjugale), le label francilien s'enrichit ici du meilleur compositeur de musique de films imaginaires : Forever Pavot.

05_-Forever-Pavotcredit_FX_RICHARD

Le groupe est centré autour d'Emile Sornin, déjà remarqué chez les éphémères mais néanmoins très valables Arun Tazieff (une pop-rock progressive à la manière d'un King Crimson détendu), mais surtout réalisateur de clips pour Alt-J ou Disclosure avec ce clip renversant :

Ce premier album, Rhapsode, est une invitation aux films sixties et seventies de la série Z jusqu'à la superproduction hollywoodienne.

Farandole à volonté de desserts cinématographiques (expression que je plagie volontiers à ma cantine dans laquelle ça ne coûte pas plus cher de bien manger), on est ici dans un petit cinoche de quartier dans lequel la vendeuse d'eskimo aurait subrepticement glissé dans ses crèmes glacées quelques doux opiacés.

Le spectateur, grisé et bercé par cette petite musique de chanvre, se laisse transporter par des mélodies à l'esthétique sonore racée et rétro, s'inventant un film à la hauteur de ses rêveries.

a2533207448_10

Dans chaque chanson, Emile Sornin fournit un enivrant bouquet de fleurs de pavot, sans oublier de l'agrémenter avec d'autres beaux spécimens, comme par exemple des chrysanthèmes pour "les naufragés du Nieul" à la mélancolie automnale d'un 1er Novembre, ou encore une rose des sables avec un "Miguel El Salam" fleurant bon l'after-shave de Peter O'Toole dans Lawrence d'Arabie.

"Un "Miguel El Salam" fleurant bon l'after-shave de Peter O'Toole dans Lawrence d'Arabie"

L'album compte deux sommets avec primo l'oscar du meilleur polar cryptique pour l'instrumental "le passeur d'armes" (et ses variations rythmiques comme autant de rebondissements scénaristiques) et deuxio l'oscar du space-péplum pour  "La Rabla" ou vestales romaines sylphides qui inspireraient des poètes martiens en croiseur interstellaire (rien que ça !).

La capacité de Forever Pavot à créer des univers, des situations est unique dans le paysage audio français, ses talents de clippeur (quel mot horrible !) y étant pour quelque chose.

Forever Pavot c'est Jean-Claude Vannier, Ennio Morricone et John Barry qui fondent les Zombies sur la côte ouest américaine au XXIeme siècle.

Un extrait de l'album avec l'euphorisant "Les Cigognes Nénuphars" et son orgue ressuscitant Ray Manzarek :

Ici, un live HD à la Maroquinerie :