Il y a des choses qui changent, et d’autres non. Cette intro fera sans doute plaisir à notre petite chroniqueuse préférée, Gomart, qui depuis Dolan ne jure que par Dion. Non, y'a pas de jurons, cette phrase est tout à fait sortable, pas comme notre directrice de rédac' qui se laisse aller depuis qu'elle a fermé boutique. Je suis un peu dure, mais c'est comme ça qu'elle me rêvait, moi, la nouvelle SR, sensée mettre des fessées à toute personne ne respectant pas l'orthographe et les yeux de nos lecteurs. Bref, des choses changent, et d'autres non. Comme cette foutue pénurie de café, complètement systématique, on se croirait en 1492, lorsque les bateaux de Colomb mettaient trop de temps à revenir des Amériques.

http://www.dreamstime.com/-image11220372

Bon, je vais un peu loin, elle n'a pas fermé boutique, elle a réinventé l'espace. sorry_open

Parmi les choses qui changent, on a décidé de virer les chroniqueurs muets. Les vêtements et portiques ont cédé leur place à de grands bureaux de travail, soigneusement aménagés selon l'ordre feng shui afin de ne pas chagriner les chakras de notre Sa-de, qui depuis qu'elle est maquée, nous apparaît tendre et vulnérable.

Je ressors mes notes et je pige plus rien. Oui, je suis la seule à prendre des notes en réunion, les autres sont trop occupées à se vernir mutuellement les ongles.

496197__mathematic-chalkboard_p

17 mars 2015, ma première réunion de rédac'. Ça fait un mois mais j'ai l'impression que je suis là depuis un an. Ah non, ça c'est chez moi. Oh enfin, Toufik et Sa-de passent leur temps à vous parler de leur vie, je peux bien le faire un peu aussi. Parce que du coup, ça faisait un an tout pile que j'avais emménagé chez moi, toute seule, et ça me fait plaisir de vous le dire.

Ce jour-là, Sa-de nous avait presque toutes convoquées, demandé de nous habiller et coiffer décemment, pour ne pas lui faire honte comprenez, car elle recevait, et nous présentait le nouveau chroniqueur. Non, elle ne saute plus les chroniqueurs, elle a un fiancé polonais. Alors il est arrivé, et nous avons continué les blagues entre nous, comme s'il n'existait pas. Sa-de n'a rien dit parce qu'elle ne voulait pas se montrer méchante devant lui, c'est comme si nous avions une récréation gratuite. Elle tenait absolument à expliquer le ton de PAS en pourcentages de mauvaise foi, références à Hara Kiri et récurrence des chroniqueurs. J'ai trouvé que ça ressemblait comme deux gouttes d'eau à ma vie sexuelle. Elle a insisté sur les 60% de mauvaise foi. J'ai continué à m'y retrouver, je vous laisse imaginer le tableau. Tatie s'égosillait avec sa super idée sur l'apostasie, mais la lettre était immense et personne voulait se charger de recouper. On est passé à autre chose, comme on passe les dernières fringues de la boutique. Je vous ai pas dit ? Sa-de bradait les dernières robes, et la rédac', fauchée, faisait ses essayages et ses emplettes entre deux sujets. Toufik jouait à la maman au bonheur parfait : elle avait trouvé une robe printanière pour sa fille et voulait absolument compléter le look avec une veste pour le père. Elle sortait une fringue par-ci par-là et nous demandait l'approbation dans une moue mitigée. N'est pas Cristina Cordula qui veut. Tatie, plus à l'aise, s'instagrammait en robe bleu ciel. Toufik criait encore à qui veut l'entendre entre deux cintres « donnez-moi les codes si vous voulez que je modère ! » alors que Sa-de continuait de scander « moi, j'essaie d'écrire un peu partout », « j'me montre, moi » comme si nous doutions encore de son statut de femme publique et narcissique.

Histoire de rester dans les choses qui ne changent pas, on a réitéré sur les rubriques à faire sauter, la mode, l'horoscope, et puis non. On s'est dit que ce serait bien de le garder celui-là, mais seulement une fois par an. Un grand horoscope qui permettrait aux serpentaires d'avoir leur lune en mars côté travail et à moi de partir en vacances sereine.

Sidney_Hall_-_Uranias_Mirror_-_Taurus_Poniatowski_Serpentarius_Scutum_Sobiesky_and_Serpens

Je ne savais pas trop quand l'ouvrir, faut dire qu'entre Sa-de, Toufik et Tatie, les idées fusaient et l'espace parole libre était rare (fusée, espace). Nous avons quand même réussi à nous mettre d'accord pour dire que People Are Strange c'était irrévérencieux et grinçant mais pas trop. Mais pour revenir aux 60% de mauvaise foi, ça fait au moins trois d'entre nous qu'il faut surveiller.

Au fait, bienvenue Tim.