C'est les vacances !!! Et ça fait longtemps qu'on ne vous a pas donné de nouvelles de nous, lecteurs.

item10.rendition.slideshowWideVertical.holiday-magazine-covers-ss11-620x775

C'est vrai, on a été trop occupées avec la vraie vie, celle où les maillots sentent la cave, où les crottes de nez dansent sur les radiateurs, où les fuites d'eau conduisent aux sous-vêtements grisés des voisins, où il faut bien penser à vérifier si sa mère est vivante à Nice…

Capture d’écran 2016-02-19 à 18.20.33

Vous savez, la vraie vie quoi. Quand, dans l'agenda, "topo gynéco" fait la nique à "preuve RSA papa" et "extrait Kbis pour Maif". Quand les tantes demandent de les accompagner à Botanic, puis annulent, puis redemandent, puis re-annulent. Quand la meilleure amie t'annonce qu'elle va au mariage de ton ex de dix ans, en combi Chloé. Alors que t'as plus un seul Fizz Cola à te foutre sous la dent. Quand il faut bien penser à vérifier si sa mère est vivante à Nice…

Niveau spirit à la rédac', ça roule pas mal, sans plus. Les plus ternes diront "mi-figue mi-raisin", mais c'est parce qu'elles n'ont pas baisé depuis les années Sarko et qu'elles aiment les expressions surannées. Pour de vrai, on a passé un début 2016 mitigé, un poil brassées par l'absence d'horizon dans le monde contemporain, et par la mort du frère de Dalida.

13310447_10157250857260107_6112559210699314167_n

Mais heureusement ragaillardies par les tweets politiques de Cyril Hanouna, au plus près de sa mobilité intellectuelle.

Capture d’écran 2016-07-17 à 16.17.05

Et par la métaphysique réconfortante de Kev Adams, transmise avec son sel légendaire :

1444668854-kolossal

Sinon sachez que Toufik continue de bander les pieds de sa fille dans une réminiscence toute personnelle du Grand Empire chinois - entre autres maltraitances de parent installé à Oullins, que Violence a trouvé du taf (elle aurait dit "c'est pas Byzance, mais ça paie bien", ce qui nous fait l'aimer davantage puisque l'expression "c'est pas Byzance" est quand même vachement cool) et qu'elle se tire un grand noir.

Un bonheur n'arrive jamais seul, comme le disait mon arrière grand-mère circassienne à Dunkerque.

chinoises-pieds-bandes-raison-sexe-1

Côté Gomart, on se farcit sa première crise existentielle du genre "j'ai plus vingt ans, putain, j'ai plus vingt ans", ce qui doit être vachement dur quand on a plus vingt ans (je ne sais pas, je me rappelle plus).

Mais elle a une famille aussi peuplée que le Centrafrique, donc une bonne cousinade, et ça devrait repartir (en respectant le saint triptyque merguez-rosé-Beyoncé). Surtout, elle va devenir une femme dans un monde où il faut bien penser à vérifier si sa mère est vivante à Nice, ce qui est vachement cool.

Big news : Tatie et Bonnard ont emménagé avec leur mec !!! Ouais, carrément, en mode gaillardes de la vie à deux, stringuées façon super-héroïnes dans le salon, même-pas-peur-de-tes-poils-dans-les-yahourts. Parce qu'il "faut bien continuer à vivre" et que "l'amour vaincra".

13700159_10210314427712482_8561310332732692907_n

Je sais pas trop ce que ça donne, mais Tatie a imposé à son mec son chat insomniaque frappé d'une pelade (ce qui en terme de charge sur nouveau conjoint, rivalise avec l'enfant handicapé d'un autre homme), et Bonnard ne répond plus au téléphone. Son mec est grand, brun, porte des chapeaux. J'imagine que le soir dans la pénombre, la fenêtre semi-ouverte, il lui récite du Blaise Cendrars.

a8ed5ea1b8c59027f2b2ea2bd78cbed7

En vous écrivant ce mot, je me rends compte que j'aime profondément les gens qui emploient des expressions surannées, et aussi que le prénom Blaise me charme de plus en plus. C'est qu'un jour, moi aussi je vais devoir choisir le prénom de mon enfant moitié polonais.

Capture d’écran 2016-07-17 à 16.25.45

Il faudra un prénom majestueux et synonyme d'hédonisme, pour cet albinos obèse qui va naître dans un monde où il faut bien penser à vérifier si sa mère est vivante à Nice. Pour l'instant, je penche pour Gargantua. Kev est une option, si on mise avec son père, sur l'international.

10413314_10153031508320620_8809924991547227262_n

Une de mes bonnes amies, qui est justement enceinte, est férue d'expression figée, qu'elle escamote à sa guise. Sa dernière tocade : "Il va tous nous enterrer !". Elle veut dire qu'un tel ou un tel est en bonne santé. Ce qui est très drôle (enfin moi ça me fait rire), c'est que c'est une expression de vieille dame, alors qu'elle fête ses 35 ans, pétillante comme un Crémant congelé.

Je dérive. La vraie raison de ce billet aujourd'hui, au-delà du rappel de mon amour éternel et inconditionnel pour vous, est l'annonce d'une sombre nouvelle : Marina Lili n'écrira pas pour People Are Strange. Marina Lili nous l'a appris comme ça, avant-hier soir, au détour d'un post Facebook orageux : elle n'écrira pas pour nous, kiss !

12717831_10208970076944553_8039009753680047225_n

Cette nouvelle, tristement définitive, tombait alors même que la Peugeot 307 de la rédac' inscrivait "Risque de panne" sur son tableau de bord. Alors même que Tatie se resservait en substance grasse de pata negra. Alors même que Toufik remontait le collant en cuir de sa fille de 5 ans.

Mais que fait Marina Lili quand elle ne refuse pas d'écrire pour nous ? Probablement coincée entre une biographie de Kev Adams et ses mémoires d'énigmatique rédactrice du web. Kisse-t-elle sans vergogne d'autres rédactions qui auront le toupet de la publier et pas nous ?

À l'heure d'économiser la surtaxe-retard des impôts et de rappeler ma mère qui séjourne à Nice, la question me taraude : pourquoi ne sommes-nous pas dignes de Marina ?

Kiss. Ps : Et comme conseil lecture cet été, un incontournable : Capture d’écran 2016-07-17 à 16.29.48