« Ma mère devient décolorée. Vieillir, c'est se décolorer, être transparent. » Annie Ernaux – Je ne suis pas sortie de ma nuit
Ça sent le vieux. Ça sent la mort qui guette et la solitude à plein nez. Ça sent les souvenirs heureux mais bien usés, et la bonne âme prête à nous quitter.
Ça sent l’errance dans des couloirs impersonnels, et les heures à attendre que le temps passe. Le manque d’avenir semble étouffant sous l’objectif de Séverine Escobar.
Ça sent indéniablement le courage et les histoires extraordinaires.
Malgré les jambes qui flanchent, quelques regards restent encore lumineux et espiègles.
J’imagine que ça doit être dur de se voir vieillir dans le regard d’autres seniors.
Ils ont tellement de choses à nous raconter nos vieux, qu’ils s’essoufflent de n’avoir pas le temps de tout nous dire.
Qu’est ce qui nous terrorise tant dans ces maisons ?
Les corps affaissés, ridés, les yeux rivés au sol parce que les colonnes vertébrales se courbent ? Les esprits qui divaguent, la mémoire qui fait défaut, les discours qui ne parlent plus qu’à l’imparfait ?
Les soignants ont beau être dévoués et les anciens très attachants, c’est toujours un peu difficile de passer la porte de ces lieux de vie dont le corps, devenu la prison de l’âme vole un peu de nos espoirs d’avenir.
deux vieilles-1
dodo-1
femme-1
mop-1
ppopo-1
vieille regard-1
vieucc-1
mppm-1
hopital-1
« Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps. » Jacques Brel – Les Vieux
Photos : Séverine Escobar