Mercredi, alors que je tâchais de comprendre ce que la mention "transpiration excessive" foutait au beau milieu de l'offre Botox de la Wellness Kliniek (ne faites pas semblant de ne pas être démunis face à votre envie de Botox), une info des plus graves percutait mon mur Facebook.

botox

Luke Perry (aka Dylan McKay dans Beverly Hills), l'homme qui ouvrait les cuisses en clignant des yeux dans les années 90, le bad boy qui donnait envie de vivre avec des cochons corses, le père du sourcil levé des deux côtés, fêtait ses cinquantes années.

cc5c922d5f00c794f6faa639dc178e64

Cinquantes années de gris, diront les coquins cinéphiles, tant sa carrière est en dents de scie. Cinquantes années bien portées, diront les amateurs de Levi's moule-burnes, vestes Carhartt crémasses et autres sodomies de waters de diners'. Mais peu importent les commentaires des abonnés de Première et GQ, les cinquante ans de Dylan sont un pur non-sens.

Tant est si bien que je les refuse. Et j'enjoins toute l'équipe de People Are Strange à m'imiter (Vous m'entendez ? Ouhou, y'a encore quelqu'un ?). Contrairement à ses habitudes, People Are Strange ne fêtera pas les cinquantes ans de Luke Perry.

luke-perry

Nous avions organisé un très beau cocktail en janvier, "Bafouées mais pleines de blé", pour les cinquante ans de Julianna Margulies. De hautes responsables d'ONG féministes nous avaient accordé leur présence. Ainsi qu'une soirée plus détendue, pour l'anniversaire de Patrick Dempsey : "Putes et chirurgiens" avait permis aux stagiaires marketing de tester la bière dans les poires à lavement.

9c55896e9b4dee84c2d8d7f4e6d3f974a77303c81993c1954ee87c2bc49ea28e

J'entends déjà mes contradicteurs s'exclamer : "vous nous assaillez de votre nostalgie de freelance qui se la touche, mais nous les avocats, ingénieurs et fonctionnaires, n'avons que faire de l'anniversaire de Dylan". Je voudrais leur répondre, que s'ils ont si peu d'égard pour la mémoire de nos icônes, c'est qu'ils évoluent dans leur sphère de parisiens privilégiés.

tumblr_mk5b4sZpdN1ru8f1uo1_500

La France se soucie de l'avenir de Dylan et de son ami Brandon. Mes recherches de journaliste m'ont menée à découvrir qu'après avoir grandi dans une bourgade de l’Ohio rural, après avoir déménagé à Los Angeles pour poursuivre ses rêves de gloire, après avoir passé très exactement 215 auditions sans succès, le jeune Luke Perry fait ses débuts en 1990 dans Berverly Hills. Il a 24 ans à l’époque, il est recalé pour le personnage de Steve (Ian Ziering). A la place, on lui propose de jouer Dylan, fils d’un millionnaire absent, qui tue le temps entre les filles et les excès.

Vous voilà bien gênés d'avoir ignoré si longtemps que Dylan aurait pu être Steve, et pire encore, que Steve aurait pu être Dylan. Aurait-il détaché son bouton de 501 avec la même décontraction ?

luke-perry-inline

Aujourd'hui, je suis Dylan. Je suis Brenda. Je suis Donna (heu peut-être pas, je m'emballe). Je savoure ce temps de freelancing dans ma vie pour faire un point sur l'avenir. Shannen Doherty, la douce Brenda bien tankée, a un cancer. Jennie Garth (Kelly de mon coeur) subit son propre show de télé-réalité, The Jennie Garth Project. Tori Spelling, la délicate Donna, a enfin épousé son père. Ian Ziering, divorcé, tourne dans la saga Sharknado 2 et 3.

Et si l'on dévale cette pente là : Matthew Perry, aka Chandler Bing, vient d'être admis à la nouvelle salle de shoot de Lariboisière. Quant à Britney Spears, et ce n'est plus un secret pour personne, elle a la colique.

ad192353153exclusive-matthe-e1452191470376

Alcool, drogue, chaises Stannah... Heureusement que Withney Houston n'est plus là pour voir ça.

Et eux, lecteur, c'est peut-être nous demain ? Trêve d'envolées existentielles, me direz-vous. Qu'y puis-je ? Aujourd'hui, et pour toujours, je suis Dylan.

Ps : On m'informe à l'instant que le père de Tori Spelling est parti en 2006 et que ma blague tombe à l'eau. Chienne de vie !

f0072b030ee92f6070cd31d0cdfe6c54