Sous son jersey coquelicot, Virginia cache une paire de seins qui donnera une réponse physiologique au paroxysme de la phase d'excitation. En d'autres termes : elle peut avoir un orgasme suite à une stimulation de la poitrine. Juste de la poitrine. Aucune verge n'est requise. Merci, vous pouvez vous rhabiller.

Masters of Sex 1x04 - Thank You For Coming

A la fin des années 50, deux chercheurs s'attaquent au plus grand tabou de l'histoire naturelle : le sexe. Quoi ? Une femme pourrait avoir différents orgasmes, qui auraient tous la même valeur ? Et équivaudraient à ceux de l'homme ? Expérimentons, si tu me crois pas. Sous tous les angles, dans toutes les positions et sur tous types de sujets. Au plus près de l'objet du désir. Images de l'intérieur du vagin en plein effort à l'appui.

Résultat : dans ton cul Freud. Les femmes sont loin d'être frigides. C'est la société qui l'est. Elle rechigne à laisser baiser. Elle nie le plaisir dans ce qu'il a de plus beau. Le vrai plaisir n'a ni sexe, ni couleur, ni âge, ni finalité despotique de procréation. Le vrai plaisir est anonyme, la seule limite valable étant la réciprocité du désir. Les deux sujets doivent entrer en phase d'excitation ou l'expérimentation s'arrête là.

photo 2 masters-of-sex

Puissante femme que Virginia Johnson, qui sans diplôme, a réussi à faire entendre à l'Amérique des années 60 l'importance de la sexualité dans les relations humaines, l'importance surtout de mettre des mots sur la chose. Elle n'est pas passée sous le bureau du Docteur Masters : elle est montée dessus pour exposer le vagin sans tabou. « We are scientists  ! »

photo 3 masters-of-sex

J'aimerais écrire « Virginia, un femme qui restera dans les annales ». Histoire de faire un jeu de mot aussi limite que le titre de la série : Masters of Sex. Enfin, c'est quoi ce bordel de mettre en avant le nom du héros et d'oublier l'héroïne ? Sans Miss Johnson, Docteur Masters en serait encore à l'observation de la copulation des lapins en milieu naturel. Alors, rendons à Cléopâtre ce qui appartient à Cléopâtre. Il faut, à l'époque, un grand nez pour aller fouiner dans les endroits réputés sales et honteux et en ramener de l'or, certifié par messieurs les scientifiques ! Merci Virgi'. Sans toi, les orgasmes d'aujourd'hui ne seraient que le morne va-et-vient des organes d'autrefois.