Les gosses de la génération Y sont maintenant grands : ils ont des professions, des situations, des business plans. Quelques uns, pourtant, glissent à travers les mailles du filet, se faufilent, se tortillent. Ils n'ont qu'une idée en tête : créer. Ils sculptent, peignent, dessinent, écrivent, coupent, collent ou graffent. Ils travaillent le jour, créent la nuit, ou inversement. Ils ont souvent des doubles vies. Le régime d'intermittent n'existe pas pour eux. Qui sont ces artistes et par quoi sont-ils/elles obsédé-e-s ? Que signifie « gagner sa vie » quand on produit de l'art ? Comment articuler les espaces-temps entre création, survie alimentaire et vie personnelle ?

8 questions, 8 artistes : lecteur, lectrice, c'est ton feuilleton.

Vivre artiste # 5

Sophie Paumelle

1. Qu'est-ce que tu réponds quand on te demande ce que tu fais dans la vie ?

Aujourd'hui, j'assume de dire « je travaille en tant qu'artiste ». Ça peut m'arranger aussi de dire « je suis artiste plasticienne ». Mais c'est assez récent. Il y a quelques années, j'avais répondu à quelqu'un en disant « je suis artiste » et cette personne avait trouvé ma réponse prétentieuse. C'est injuste, je trouve. Être artiste ne veut pas dire être talentueux. ça veut simplement dire travailler des arts, être dans une pratique de recherche. Et puis, on n'est pas obligé de se définir seulement par son travail, par son activité. Donc finalement, répondre « être artiste » englobe tout ça : c'est un mode de vie, une façon de penser aussi.

2. A quel moment ton identification en tant qu'artiste s'est-elle faite ?

Il n'y a pas de moment précis. Je me suis juste rendue à l'évidence que c'était naturel pour moi : bricoler, chercher, me poser des questions. Pendant longtemps, je me suis demandée ce que je pourrais faire d'autre parce que ce n'est pas tellement rassurant. Mais j'y reviens toujours. C'est ma constante et ça le sera jusqu'à la fin. Si on m'enlevait ça, il y a un truc qui m'empêcherait de respirer, d'avancer. Le moment où tu peux t'identifier en tant qu'artiste, c'est le moment avec un peu de maturité et d'assurance où tu te dis : j'ai envie de consacrer ma vie à ça, puisque de toute façon j'y reviens toujours.

photo1 sophie 2

3. Choisis trois à cinq mots pour décrire ton travail artistique.

* Les inversés * C'est à dire : le plein/le vide, l'invisible/le visible, l'endroit/l'envers.

* La superposition * On peut retrouver cette multiplication de couches, d'épaisseurs autant dans mon travail du bois, que dans mon travail avec le collage, la vidéo, le son.

* La poésie * C'est hyper important pour moi. Et de plus en plus. Souvent quand je suis perdue, j'essaie de me référer à une certaine poésie et je retrouve un sens. La poésie signifie pour moi être inspirée, c'est-à-dire être proche du cœur. On est sûr de ne peut pas se tromper, quand on essaie de se poser sur son cœur, d'être juste. C'est quelque chose qui ressemble à l'amour de soi.

* Honnêteté * Par rapport à la justesse des sentiments, à l'éthique de son travail, au choix de travailler avec certaines personnes, avec certaines méthodes. L’honnêteté est en opposition avec l’ego. Finalement, on est rapidement dans des clichés de l'art où il faut exprimer une certaine souffrance, une certaine dénonciation. Mais, je trouve que ce n'est pas si facile d'assumer d'être bien, de pouvoir partager des choses positives. J'ai envie que mon travail sente la vie plutôt que la mort. Ou les deux entremêlés. Toujours dans la justesse des sentiments. L’honnêteté permet de toucher un maximum de personne. La provocation n'a jamais été mon terrain de communication. Ou alors la provocation mais avec de l'humour.

* Subtilité * Dans la subtilité, il y a plein de choses : la finesse, le détail, l'intelligence, la discrétion. La subtilité induit une certaine réflexion. J'aime bien réfléchir ! Réfléchir, c'est se questionner, être en mouvement. C'est ce que j'appelle la pensée du tremblement.

photo1 sophie 3

4. Comment est-ce que tu nourris ta créativité ?

Ma vie, les choix que j'ai fait, les autres, ma famille nourrissent ma créativité. Rechercher ses racines nourrit aussi. Et puis, la philosophie, l'écriture. Quand j'ai besoin de créer quelque chose, je vais construire mon travail par une pensée. Je pars d'un mot, d'un thème, et je fais des recherches. Je lis et je rebondis en écrivant. L'écriture est un outil. Par exemple, pendant une résidence avec une autre artiste, j'ai écrit chaque jour un texte. C'était une façon de me concentrer. L'écriture me renforce. C'est comme un filet, les mailles d'une broderie, une trame de construction.

Parmi les choses qui me nourrissent, il y a aussi la nature, le fait d'être à l'extérieur, à l'écoute.

Et puis, bien-sûr la musique : elle est tellement influente pour moi ! Elle donne une direction à mon travail, elle met une ambiance. J'aime la manière dont le corps réagit par rapport à la musique. J'ai fait dix ans de danse classique. J'ai beaucoup appris par la danse.

5. Comment est-ce que ton travail artistique te nourrit (dans tous les sens du terme) ?

Il donne un sens à ma vie, le sens de ma vie. Je ne peux pas, ne sais faire autre chose. Alors, je m'organise pour subvenir à mes besoins financiers tout en gardant cette liberté de travail. Il y a des moments où ça se passe bien et j'arrive à gagner ma vie avec. Il y a des moments où ça se passe bien mais je ne gagne pas ma vie avec, alors je m'organise pour avoir un boulot alimentaire à côté. Et puis, parfois ça se passe mal : c'est la famine partout, dans la création aussi. La nourriture est irrégulière. Mais j'ai souvent dit que ma stabilité était mon instabilité. Je suis claustro dans le linéaire. Dans la précarité, tout dégringole dans l'estime de soi, les sentiments deviennent fragiles. Mais il se passe aussi des choses que tu n'avais pas prévues : une certaine fraîcheur, une liberté, une distance avec les choses qui parfois t'enferment.

photo1 sophie 4

6. Quels espaces et quels temps est-ce que tu as/prends pour ton travail artistique ?

Depuis deux jours, j'ai plus de temps J'ai arrêté mon travail à mi-temps au café. Mon temps était divisé : le matin, mes projets artistiques, l'après-midi le café. J'avais parfois l'impression de mener une double vie. Travailler au café peut être inspirant aussi. C'est ce qui est fascinant dans le métier d'artiste : pouvoir trouver de l'intérêt à tout. Mais, il y a des périodes où il faut se concentrer sur ce que tu as mis en place.

Pour l'espace, mon atelier, c'est ma maison. J'ai préféré avoir un atelier plutôt qu'un salon. D'ailleurs, le fait d'habiter dans son atelier permet une gestion du temps beaucoup plus souple.

7. Quelles sont tes obsessions artistiques ?

J'aime ranger et trier. L'autre obsession, c'est la couleur. Alors, j'aime trier par couleur ! Par exemple, chez moi, mes bouquins sont rangés par couleur. C'est une obsession de méthode : la manière dont tu articules les choses ensemble crée une harmonie. Quand je travaille la cagette, c'est une obsession similaire : répéter, superposer, entremêler le même matériel. Pour une installation collective, j'ai aussi trié, plié et rangé trois tonnes de tissus.

Le non gâchis est une autre obsession. Je réutilise toujours les chutes pour mes collages. On en revient à cette idée de vide et de plein. Je déteste le gâchis, la destruction, j'aime la construction.

photo sophie 5

8. Parle moi de ton dernier projet / de ta dernière création.

J'ai réalisé un crâne en tressage de bois. Pour situer le travail : j'ai eu un accident de danse et mon chiropracteur m'a soigné pendant un an en échange d'une sculpture. C'est intéressant parce que la chiropraxie travaille sur plusieurs couches : la peau, les muscles, le traumatisme plus profond. Le tressage du bois rappelle le tissu musculaire. Et la persévérance dans le travail du tissage apporte une force. La matière (le bois) et la méthode (le tressage) se rapproche du vivant, du mouvement. J'ai beaucoup aimé travailler sur ce crâne. Cette sculpture était une sorte de finalité du soin : la finir, c'était dire « ça y est je suis guérie ».

Son site : http://atelier-laps.com/about/

Lien vers ses vidéos : https://vimeo.com/118108232